Bayer condamné à verser 2 milliards de dollars — Procès Roundup

15 Mai, 2019, 10:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Bayer condamné à verser 2 milliards de dollars — Procès Roundup

Le couple est atteint d'un cancer. Son propriétaire, l'Allemand Bayer, soutient qu'aucune étude n'a prouvé à ce stade la dangerosité du glyphosate, la substance active du Roundbup. Il y aura désormais les époux Pilliod.

Bayer a racheté Monsanto, fabricant du Roundup, l'an dernier pour 63 milliards de dollars. Le couple a commencé à utiliser le Roundup en 1982. Bien décidé à ne pas se laisser faire, Bayer a rappelé lundi que l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) avait réaffirmé fin avril que le glyphosate n'était "probablement pas cancérogène pour les humains". Accusant l'EPA et Monsanto de collusion, Me Wisner a affirmé que "l'EPA ne travaille pas pour le peuple américain, elle travaille pour Monsanto". A ces deux milliards -un milliard par personne- s'ajoutent 55 millions de dollars accordés à Alberta et Alva Pilliod à titre compensatoire (pertes économiques, préjudice moral.). "Surtout, le jury a également reconnu que Monsanto avait agi avec malveillance, oppression ou fraude et devait être puni pour son comportement", a souligné dans un communiqué la firme Baum, Hedlund, Aristei & Goldman, un des cabinets qui défendaient le couple.

Un jury américain a infligé lundi un troisième camouflet de taille à Monsanto, détenu par Bayer, en le condamnant à verser deux milliards de dollars à un couple d'Américains atteints d'un cancer qu'ils attribuent au Roundup, selon les avocats des plaignants.

C'est la plus lourde amende infligée dans un procès du Roundup.

Ce n'est pas la première fois que Monsanto se retrouve devant la justice et les choses ne devraient pas s'arranger!

En août 2018, la fabricant avait aussi été condamné à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint lui aussi de ce même type de cancer, une somme réduite ensuite à 78 millions par les juges.

Le Centre international de recherche sur le cancer, une émanation de l'OMS, a considéré en 2015 que le glyphosate était "probablement cancérigène", contrairement à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ou l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

Recommande: