Emirats: l'Iran réclame une enquête sur les actes "alarmants" de "sabotage"

14 Mai, 2019, 09:39 | Auteur: Aubrey Nash
  • Riyad déplore des actes de sabotage contre deux pétroliers saoudiens au large des Émirats

"Nous sommes très inquiets du risque qu'un conflit se produise par accident", a réagi lundi le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, avant de rencontrer ses homologues européens et M. Pompeo.

Ces derniers jours, quatre navires auraient été ainsi la cible d'attaques alors qu'ils stationnaient au large du port de Fujairah (Émirats arabes unis), l'un des plus grands terminaux pétroliers de la région. Outre les deux tankers saoudiens, Al Marzoqah et Amjad, il s'agit d'un bateau norvégien, Andrea Victory, et d'un cargo émirati, A. Michel, a précisé un responsable gouvernemental émirati. Interrogé sur un éventuel rôle iranien, l'émissaire des États-Unis pour l'Iran, Brian Hook, n'a pas souhaité faire de commentaire, se bornant à dire que les autorités américaines allaient apporter leur assistance aux enquêteurs, à la demande des Émirats.

Toutes les places boursières du Golfe ont baissé lundi.

Un des deux navires était en route pour être chargé de pétrole au terminal saoudien de Ras Tanura en vue d'une livraison à des clients américains, a-t-il précisé. Ainsi, cet incident ne fait pas seulement la une aux Émirats, mais aussi en Arabie Saoudite: "Cet acte criminel constitue une grave menace pour la paix et la sécurité du commerce maritime et pour la paix régionale et mondiale", écrit par exemple le quotidien saoudien Al-Riyadh. De même, aucune déclaration officielle ne désigne les auteurs, même si la presse pointe implicitement du doigt l'Iran, nommé "la Perse, exportatrice de fléaux" dans un éditorial du même journal. Les deux pays n'ont pas non plus précisé la nature de ces "actes de sabotage".

Dès dimanche, le gouvernement des Emirats a appelé la communauté internationale à "prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation".

Le port de Fujairah est le seul terminal émirati sur la côte de la mer d'Arabie qui contourne le détroit d'Ormuz, par où passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe.

L'annonce de ces incidents par deux proches alliés de Washington intervient dans un contexte de regain de tension entre les Etats-Unis et l'Iran après le renforcement des sanctions américaines contre Téhéran, qui a pour sa part suspendu certains de ses engagements nucléaires.

Parallèlement, le Pentagone a dépêché dans la région un porte-avions, un navire de guerre, des bombardiers B-52 et une batterie de missiles Patriot, évoquant des menaces de l'Iran ou de ses alliés contre des ressortissants ou des intérêts américains au Moyen-Orient.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s'est rendu lundi à Bruxelles pour discuter de "questions urgentes", et notamment de l'Iran, avec ses homologues européens, annulant un passage à Moscou.

"C'est un développement dangereux et une escalade caractérisant des intentions diaboliques", a dit M. Zayani.

Le petit émirat a un terminal pétrolier et un oléoduc qui fournit du pétrole d'Abou Dhabi où se trouve la majorité des réserves pétrolières des Emirats arabes unis. Le port de Fujairah a une grosse capacité de stockage (70 millions de barils).

Recommande: