Une quinzaine de militaires burkinabè y ont pris part — Libération d'otages

13 Mai, 2019, 09:38 | Auteur: Sue Barrett
  • Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello seront honorés par la nation mardi

L'opération de libération des otages, qui s'est déroulée au nord du Burkina Faso, près de la frontière malienne, a été rendue possible par la mobilisation des moyens de (la force antidjihadiste française au Sahel) Barkhane, le soutien logistique des forces burkinabè et le soutien américain en renseignement. L'otage sud-coréenne a également été ramenée à Villacoublay samedi.

Un hommage national sera rendu mardi aux Invalides, à Paris, aux deux militaires français tués dans cette intervention. Le devoir de l'État est d'assurer la sauvegarde des Français qui sont en danger. Les deux otages seront de retour samedi 11 mai à Paris.

Il a aussi appelé les Français à la prudence. "Le parc passe alors intégralement en rouge", a confirmé à l'AFP Eric Chevallier, directeur du Centre de crise et de soutien du Quai d'Orsay.

Il a enfin eu "une pensée émue pour Sophie Pétronin, la dernière otage française encore retenue par des barbares " au Mali depuis 2016.

"Peu de forces armées dans le monde sont capables de réussir une pareille opération " s'est-elle félicitée.

Florence Parly, ministre des Armées, a exprimé son "sentiment de satisfaction d'avoir pu les accueillir (.) et un sentiment de tristesse à la mémoire de deux combattants, c'est héroïque".

"Donner sa vie pour sauver celle des autres, c'est la forme ultime de l'engagement, celle qui nous dépasse tous". C'est un message qui s'adresse aux terroristes: ceux qui veulent s'en prendre à la France et aux Français savent que nous les traquerons, nous les trouverons et nous les neutraliserons. Leur sacrifice donne un sens à nos vies. Nous avons aussi une pensée pour notre guide béninois. "On voulait présenter nos condoléances tout de suite", a-t-il dit, visiblement éprouvé.

Évoquant l'opération qui a conduit à cette libération, le vice-amiral a précisé que "les commandos devaient s'approcher au plus près" du lieu de séquestration "en toute discrétion, pour être absolument certains de neutraliser les terroristes et de libérer les otages sains et saufs".

Membres du commando Hubert, unité d'élite de la Marine française, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello ont été salués comme des "héros" par l'ensemble de la classe politique française. Mais lors de cet assaut, deux soldats français ont perdu la vie.

Les touristes français ont-ils été imprudents et ont-ils inutilement mis en danger les militaires français venus les libérer?

Selon Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, il s'agit d'une "opération réussie", même si "malheureusement deux soldats sont morts (.), ils ont accompli leur mission et la France est fière d'eux".

Jean-Yves Le Drian a rappelé les touristes français à la prudence et au respect des conseils aux voyageurs émis par le Quai d'Orsay sur son site internet.

"La zone où étaient nos compatriotes était considérée depuis déjà pas mal de temps comme une zone rouge, c'est-à-dire une zone où il ne faut pas aller, où on prend des risques majeurs en y allant". Des propos, factuellement inexacts, qui ont provoqué un début de polémique.

En effte, les cartes montrent que le Parc de la Pendjari n'était pas cité avant l'enlèvement des Français et qu'il ne faisait donc pas l'objet d'une recommandation particulière. Seul le parc du W, plus au nord, était nommément désigné comme à risque.

Recommande: