L'armée veut imposer "de force" sa transition, selon des associations — Algérie

13 Mai, 2019, 10:01 | Auteur: Lynn Cook
  • Algérie l'armée veut imposer

La patronne du Parti des Travailleurs (PT) aurait été convoquée par la justice militaire pour comparaître devant le tribunal militaire de Blida. "Aujourd'hui encore, un autre pas est franchit; une femme politique chef d'un parti, est arrêté après sa comparution en tant que témoin devant le tribunal militaire, ouvrant par-là, la voie à tous les scénarios et toutes les dérives", a dénoncé la LADDH.

Selon l'ENTV, qui a diffusé des images de la première responsable du PT arrivant au tribunal militaire, Louisa Hanoune a été convoquée dans le cadre de l'enquête sur Saïd Bouteflika, Toufik et Tartag pour "atteinte à l'autorité de l'armée " et "complot contre l'autorité de l'Etat ".

La télévision nationale avait montré à la mi-journée Louisa Hanoune, candidate aux trois derniers scrutins présidentiels, arrivant seule au tribunal militaire de Blida (40 km au sud d'Alger), où elle avait été convoquée par un juge d'instruction militaire.

Saïd Bouteflika a été longtemps vu comme un "président-bis", accusé depuis des années d'avoir accaparé le pouvoir à mesure que déclinait la santé de son frère.

Le général Mohamed Mediene fut durant 25 ans jusqu'en 2015 le tout-puissant chef des tentaculaires services de renseignements et Athmane Tartag, son adjoint, puis successeur à la tête des services remaniés.

Aussitôt après l'annonce de la mise sous mandat dépôt de Louisa Hanoune, son parti a réagi sur sa page facebook, considérant qu'il s'agit d'une arrestation "politique".

Sous couvert d'opposition virulente, Mme Hanoune a été accusée par ses détracteurs, dont une partie du mouvement actuel de contestation populaire contre le régime, de faire le jeu du "système" en participant aux élections, jugées largement frauduleuses, et en ménageant ses critiques contre le président Bouteflika.

Recommande: