Fichage de données personnelles pour Monsanto : pourquoi est-ce illégal ?

13 Mai, 2019, 10:15 | Auteur: Aubrey Nash
  • ENQUETE FRANCE 2. Glyphosate: des centaines de personnalités secrètement fichées et ciblées en fonction de leur soutien à Monsanto

Des personnalités et médias français ont porté plainte ou annoncé leur intention de le faire, vendredi, au lendemain de la révélation d'un fichage présumé pour Monsanto sur leur position vis-à-vis du glyphosate, les OGM, ou encore leur propension à être influencés.

Monsanto est une filiale, depuis l'an dernier, du groupe pharmaceutique allemand Bayer.

Le second tableau, consacré au renouvellement de l'homologation du glyphosate, contient "plus de 80 noms" accompagnés d'un code couleur qui les répartit entre "alliés", "alliés potentiels à recruter", "parties prenantes à éduquer", "parties prenantes à surveiller". "L'indépendance de l'information est au cœur de nos missions de service public", dit-il dans son message.

Cette enquête, confiée à la police judiciaire parisienne, fait suite à la plainte déposée par Le Monde et l'un de ses journalistes, lequel figurait dans les fichiers incriminés, a précisé le parquet de Paris, qui vise notamment le chef de "collecte de données personnelles par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite" dans ses investigations, précise l'agence.

Le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France a confirmé vendredi à l'AFP que le journal allait saisir la CNIL. La réglementation " impose d'informer les personnes dès lors que leurs données sont collectées ", et celles-ci doivent avoir " la possibilité d'exercer leurs droits ", notamment l'effacement de ces données, rappelle-t-elle.

Selon une personne familière du secteur, il est courant pour une agence de communication de faire une liste des journalistes et personnalités politiques à contacter en indiquant leur position par rapport à un sujet. En revanche, les médias font état de " stratégies d'isolement " des personnalités. La journaliste de Libération Coralie Schaub, spécialisée sur les questions environnementales, figure par exemple dans ces fichiers. On y retrouve les rédactions de 20 Minutes, l'AFP, France 24, RFI, BFM Business, Ca M'intéresse, Agra Presse, Capa, Doctissimo, France 2, France Inter, France Info, France Bleu, La Croix, La Tribune, Le Magazine de la Santé (France 5), Le Monde, Les Echos, Libération, Le Parisien, Ouest France, RMC, RTL, Santé Magazine, Science et Vie, Science et Avenir, Slate, Sud Radio, Terra Eco, La Vigne, TF1, Reuters, Top Santé, le JDD, L'Usine Nouvelle ou encore une journaliste à l'origine d'une enquête à charge contre Monsanto, Marie-Monique Robin.

"Monsanto ne doit pas être le seul à se comporter de cette façon-là". Désormais la "guerre économique se mène aussi sur le terrain de l'environnement", a-t-il déclaré. L'Agence a annoncé qu'elle ferait un "signalement auprès du procureur de la République ".

Recommande: