Notre-Dame : l'Assemblée nationale adopte le projet de loi pour la restauration

12 Mai, 2019, 05:27 | Auteur: Sue Barrett
  • Résidus de plomb à Notre-Dame

La restauration de la cathédrale, chef d'oeuvre de l'art gothique gravement endommagé le 15 avril par un incendie, représente "un défi inédit", technique, architectural et financier, pour le gouvernement, qui a fait le choix d'accompagner sa mise en oeuvre par un texte spécifique. Le président Macron a souhaité que l'édifice puisse être restauré en cinq ans, un délai jugé irréaliste par certains spécialistes. Face à eux, le ministre de la Culture, Franck Riester, a tenté de justifier le projet de loi, dès l'ouverture de la discussion parlementaire: "Si aucune opération de restauration de monument historique n'avait encore donné lieu à une telle adaptation législative, c'est parce que nous sommes face à une situation inédite dans notre histoire".

"Ce n'est pas en imposant un agenda " calqué sur "les Jeux olympique de Paris en 2024 " que "nous seront fidèles " à Notre-Dame, a fustigé Alexis Corbière (LFI), Marie-George Buffet (PCF) redoutant que ces "dérogations " ne créent "un précédent ".

"Une vieille dame vient de chuter et avant même de faire un diagnostic sur son état, on lui prescrit une ordonnance, des anxiolytiques, un régime et on lui demande de préparer un marathon", a dénoncé la députée insoumise Clémentine Autain.

"C'est un délai ambitieux, volontariste qui permet de mobiliser l'ensemble des équipes concernées", a défendu Franck Riester affirmant que les travaux ne se feront "pas à la hâte".

Gestion des centaines de millions d'euros de dons, conduite de délicat chantier sur un des joyaux du patrimoine français...

Le taux de réduction d'impôt sur le revenu au titre des dons et versements effectués par les particuliers est porté à 75%, dans la limite de 1.000 euros par an (contre 66% dans le droit commun).

Franck Riester a cependant appelé à la prudence ceux qui évoque déjà des excédents: "si certains dons nous sont déjà parvenus, d'autres sont en attente de concrétisation et le coût total des travaux n'a pas été chiffré", a-t-il dit. Il a également réaffirmé que l'ensemble des dons "iront uniquement et intégralement à Notre-Dame". Ce samedi, la Fondation du patrimoine, l'une des quatre institutions retenues pour empêcher les escroqueries, a annoncé qu'elle allait clore sa collecte de fonds pour Notre-Dame.

Par ailleurs, le projet de loi envisage la création par ordonnances d'un établissement public destiné à assurer la conduite, la coordination et la réalisation des études et travaux. Il pourra ainsi procéder à des dérogations, des adaptations de règles d'urbanisme, de protection de l'environnement, de voirie et de transports et à des règles de la commande publique.

"Cet article est le pire du texte". Selon certains députés, la mesure serait destinée à permettre à Jean-Louis Georgelin, ancien chef d'état-major des armées (70 ans), chargé par le chef de l'État d'une mission pour la reconstruction de Notre-Dame, de présider l'établissement public. Ce à quoi le ministre a répondu:"Laissons le débat patrimonial se mettre en place, la créativité s'exprimer ".

Recommande: