Zone euro : des prévisions de croissance revues à la baisse

09 Mai, 2019, 16:05 | Auteur: Aubrey Nash
  • LA CE REVOIT ENCORE À LA BAISSE LA CROISSANCE DE LA ZONE EURO

Dans ses prévisions de printemps présentées mardi, Bruxelles prévoit une croissance de 0,1% en 2019, puis de 0,7% en 2020 -contre respectivement 0,2% et 0,8% anticipé à Rome- ce qui correspond, de loin, aux niveaux les plus faibles parmi les pays de la zone euro.

La Commission table sur une croissance allemande d'à peine 0,5 % en 2019, avant de remonter à 1,5 % en 2020, soit largement en-dessous des précédentes prévisions du mois de février qui anticipaient encore une progression du PIB outre-Rhin de 1,1 % en 2019 et de 1,7 % en 2020.

Bruxelles a souligné que les risques pesant sur les perspectives économiques demeurent importants, citant notamment l'adoption de mesures protectionnistes à l'échelle mondiale et un Brexit sans accord.

" L'économie européenne tient bon face à une conjoncture mondiale moins favorable et à des incertitudes persistantes", a estimé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors de la présentation de ces prévisions à Bruxelles. Les prévisions de croissance du PIB européen sont également abaissées pour l'année prochaine, à 1,5 % en 2020 contre 1,4 % précédemment.

Malgré le ralentissement de la croissance, taux de chômage de l'UE s'est établi à 6,4 % en mars 2019, son plus bas depuis le calcul mensuel en 2000.

Dans ce contexte, ils ne changent rien à leurs attentes pour l'économie britannique, dont la croissance devrait atteindre selon eux 1,3% cette année comme l'an prochain.

Pour l'inflation, ils ne voient aucune accélération en vue et s'en tiennent à leur prévision de 1,4% pour 2019 et abaissent de 0,1 point celle pour 2020, pour la ramener elle aussi à 1,4%.

Le niveau d'endettement de l'Italie est le deuxième de la zone euro, après la Grèce, bien au-dessus du plafond de 60% du PIB établi par les règles européennes.

Bruxelles ne cesse d'appeler la péninsule, qui a renoué avec la croissance début 2019 après un semestre de récession en 2018, à agir pour réduire son énorme dette publique et à respecter les règles européennes.

Recommande: