France: L'Académie de médecine veut des mesures fortes contre l'alcool

03 Mai, 2019, 02:09 | Auteur: Jonathan Ford
  • L'Académie nationale de médecine déplore

L'Académie nationale de médecine a appelé lundi 29 avril les pouvoirs publics à "prendre des mesures plus fortes" pour lutter contre les problèmes de santé publique causés par la consommation d'alcool.

Dès lors, l'Académie nationale de médecine plaide pour des mesures fortes et alerte sur le Plan national de mobilisation contre les addictions, adopté par le gouvernement en décembre 2018, qui ne répondrait pas suffisamment à cet enjeu de santé publique. "Pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale, la consommation d'alcool ne baisse plus en France. C'est vraiment penser que le loup puisse éduquer les moutons", estime le professeur de santé publique et membre de l'Académie nationale de médecine Gérard Dubois, sur Europe 1. L'Hexagone un des plus grands consommateur d'alcool au monde, des chiffres qui sont rattrapés par une bien triste réalité, 10% des Français sont des consommateurs quotidiens et les chiffres de la consommation d'alcool ne baissent plus depuis 2013. Elle recommande également de faire figurer sur les boissons alcoolisées " l'alcool est dangereux pour la santé " et non en cas d'excès, de taxer les boissons au gramme d'alcool ou d'établir un prix minimum de vente par gramme d'alcool comme c'est d'ailleurs le cas en Écosse. On se souvient en effet que plusieurs ministres avaient défendu un soi-disant particularisme du vin par apport aux autres alcools, tandis que le Président de la République n'avait pas hésité à considérer que les alcooliers étaient "des acteurs de la prévention ". De la diffusion de dépliants scolaires pour les 3-6 ans sur la vigne sans parler d'alcool ni de ses effets? De l'acharnement à favoriser la consommation de vin des femmes?

Avec 41.000 morts par an en France, l'alcool reste la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac selon l'agence nationale de santé qui pointe les risques de cancers, de maladies cardiovasculaires et de maladies digestives. C'est la première cause de décès évitable chez les 15 - 30 ans. Enfin, l'alcool engendre un tiers des décès des accidents mortels de la route. Quant à son coût social, la Cour des comptes l'a estimé à 120 milliards d'euros par an.

Face à ces chiffres alarmants, l'Académie appelle les autorités à prendre les mesures qui s'imposent. En mars dernier, Santé publique France a lancé une campagne de sensibilisation "pour votre santé, c'est maximum deux verres par jour, et pas tous les jours". Elle indique que la consommation ne recule plus et que près d'un quart des Français boivent trop. Selon les nouvelles recommandations, la consommation d'alcool doit être limitée à 10 verres par semaine, 2 verres par jour, avec des jours sans aucune consommation.

Recommande: