VIDÉO - A Paris, les Gilets jaunes ont fait la tournée des médias

29 Avril, 2019, 13:38 | Auteur: Lynn Cook

La semaine passée ils étaient 27.900 dans les rues de France, le chiffre est donc légèrement en baisse. La plus faible journée reste celle du 6 avril avec 22.300 manifestants. Comme l'explique le journal Le Monde, nombre de Gilets jaunes " avaient prévu de faire l'impasse ce samedi pour se concentrer sur les manifestations du 1er mai ".

Alors que l'acte 23 avait été marqué par des incidents à proximité de la place de la République, l'ambiance était beaucoup plus calme ce samedi. "Dans une démocratie, il est anormal qu'un pouvoir aussi puissant que les médias parvienne à noyer les revendications phares du mouvement des Gilets Jaunes". Ils rejoindront ensuite le cortège syndical à la Bussatte à 10 heures.

Le second est une "marche sur les médias", organisée seulement par les Gilets jaunes.

Le deuxième cortège était plus clairsemé, composé d'une centaine de personnes.

La dénommée "marche sur les médias" a commencé par la Maison de la Radio, située dans le XVIe arrondissement de Paris, pour se clôturer devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Jusqu'à présent, les manifestations strasbourgeoises étaient restées d'une ampleur modérée.

Empêchés d'accéder au parvis du bâtiment où se trouvent les locaux de CNews par plusieurs fourgons des forces de l'ordre, des Gilets jaunes scandaient: "Vous [les journalistes] êtes des vendus et des pourris" ou encore "Collabos les journalistes".

Dès 13 heures, une foule de 2.000 personnes s'est donc élancée non loin du centre.

Selon la préfecture de police de Paris, 8 920 contrôles préventifs ont été effectués et 11 personnes ont été interpellées dans la capitale. En début de soirée, la préfecture faisait état de 42 interpellations, et de sept blessés légers (trois policiers, trois manifestants, et une riveraine).

Strasbourg, l'un des bastions de la mobilisation de cet acte 24 a connu quelques tensions, avec usage de lacrymogènes et de grenades de désencerclement par les forces de l'ordre.

A Bordeaux, la mobilisation a connu un regain de forme. Pour autant, la manifestation parisienne a été marquée par l'interpellation d'un journaliste indépendant Civicio, Yasin, en plein direct live. Des mesures qui ne semblent pas avoir satisfait les manifestants en jaune.

Premier arrêt sur le périphérique pour les Gilets jaunes. Quatre jours avant le 1er mai, cette institutrice retraitée "souhaite que tous les syndicats, partis, mouvements contestataires soient dans la rue pour une fédération du peuple, pour la justice sociale et fiscale".

Recommande: