Macron : rebâtir Notre-Dame "d'ici cinq années"

17 Avril, 2019, 12:52 | Auteur: Sue Barrett
  • Cette nuit après de longues heures de lutte les pompiers de Paris ont réussi à maîtriser l'incendie qui ravageait Notre-Dame. Grâce à leur intervention la cathédrale ne s'est pas totalement effondrée et la structure de l'édifice a été sauv

Mardi 16 avril, au lendemain de l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, Amandine Ardouin (Librairie Saint-Pierre de Senlis) et Antoine Bonnet (Librairie Michel à Fontainebleau) ont décidé d'apporter leur pierre à la reconstruction de l'édifice.

"L'incendie de Notre-Dame me rappelle que notre histoire ne s'arrête jamais, que nous aurons toujours des épreuves à surmonter, que ce que nous croyons indestructible peut aussi être atteint", a déclaré le président en début d'intervention, précisant qu'il partageait "la douleur" et "l'espérance" des Français. Ce qui ne devrait pas poser trop de problème au vu des centaines de millions d'euros de dons promis par des grandes fortunes, des entreprises, des institutions et par des milliers d'anonymes. En effet, l'État n'est pas obligé de faire assurer systématiquement ses biens.

Depuis la loi Aillagon de 2003, les entreprises qui investissent dans la culture peuvent déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat (66% de réduction d'impôt sur le revenu pour les particuliers), avec la possibilité de bénéficier d'un échelonnement de l'avantage fiscal sur cinq ans, dans une limite de 25% du don.

LIRE AUSSI Incendie de Notre-Dame: à qui donner pour aider à la reconstruction?

"Il faut "que l'Etat décrète vite Notre Dame +Trésor national+, de façon à ce que les dons faits pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d'impôt de 90%", a ainsi plaidé l'ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, estimant que "la République française" devait prendre une mesure exceptionnelle".

C'est l'État qui est son propre assureur. "Cela impliquerait de changer la loi", a assuré cette source, en mettant en garde contre un dispositif qui reviendrait à favoriser les entreprises au détriment des finances publiques.

Recommande: