Les armes françaises tuent au Yémen, la version officielle démentie

17 Avril, 2019, 15:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Yemen: 8 enfants tués ou blessés chaque jour malgré la trêve dénonce l'ONU

À l'époque, les autorités françaises ont pourtant assuré que l'armement français au Yémen ont servi notamment pour un "usage défensif" et que la situation était "sous contrôle".

Selon cette note, 48 canons Caesar produits par l'industriel français Nexter et déployés le long de la frontière saoudo-yéménite "appuient les troupes loyalistes, épaulées par les forces armées saoudiennes, dans leur progression en territoire yéménite", souligne cette note.

Un document de 15 pages classé "confidentiel Défense", rédigé par la Direction du renseignement militaire (DRM) et transmis à Emmanuel Macron et plusieurs de ses ministres en octobre 2018, détaille en effet le matériel utilisé dans le cadre du conflit au Yémen par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Des chars Leclerc, des mirages 2000 mais aussi les canons Caesar.

"Le gouvernement français doit stopper immédiatement tout transfert d'armes vers l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis", demandent ces organisations, en enjoignant la France de "cesser de faire passer les intérêts économiques avant les vies de civils". Or, Disclose affirme, preuves à l'appui, que les chars Leclerc dont il est question ont participé à des opérations offensives au Yémen.

La position française est invariable.

"A notre connaissance, les armes françaises dont disposent les membres de la coalition sont placées pour l'essentiel en position défensive, à l'extérieur du territoire yéménite ou sur des emprises de la coalition, mais pas sur la ligne de front, et nous n'avons pas connaissance de victimes civiles résultant de leur utilisation sur le théâtre yéménite", peut-on y lire.

Sur la base de ces documents, les journalistes de Disclose, en partenariat avec Mediapart, Konbini, Radio France, Arte et The Intercept, estiment que des armes françaises ont été au coeur de batailles meurtrières pour les civils.

"Je n'ai pas connaissance du fait que des armes [françaises] soient utilisées directement au Yémen", affirmait la ministre des Armées Florence Parly le 20 janvier 2019 sur France Inter.

► Un autre choix est-il possible?

La France a par ailleurs livré pour 1,38 milliard d'euros d'armement à Ryad en 2017, faisant de l'Arabie Saoudite le deuxième plus gros client de la France dans ce secteur l'an dernier après l'Egypte. Le sujet provoque parfois des tensions entre pays européens qui ont des programmes militaires en commun. Stop aux ventes d'armes, comme l'Allemagne! " L'embargo sur les armements allemands est de six mois, c'est-à-dire jusqu'à la fin du mois de septembre".

Recommande: