Gilets jaunes: ces mesures que Macron devait annoncer aux Français

17 Avril, 2019, 12:36 | Auteur: Aubrey Nash
  • Edouard Philippe beaucoup plus populaire qu'Emmanuel Macron

"L'Elysée ne confirme ni ne commente les fuites dans la presse au sujet de la sortie du grand débat national", a réagi la présidence, après la diffusion des principaux points du texte par plusieurs médias. Le texte reprend plusieurs mesures distinctes, en réponse à la crise sociale des cinq derniers mois.

Sans changer de ligne politique - il assure qu'il va poursuivre les " réformes commencées " et veut " fixer pour le pays un cap à 2025 " -, le chef de l'Etat prépare un changement de méthode et de gouvernance. L'AFP s'est procuré un "projet d'allocution", qui détaille plusieurs mesures.

Emmanuel Macron sait combien l'exaspération fiscale pèse sur ses compatriotes, le virage dans ce domaine est donc important avec une baisse des impôts pour les classes moyennes, la suppression de niches fiscales et une réflexion sur le rétablissement de l'ISF. Ce mardi, les principales mesures proposées par le chef de l'État fuitent cependant dans la presse. Pour répondre aux critiques sur l'élitisme de la société française faites par certains gilets jaunes (une société où on ne peut réussir que si on sort d'une grande école mais où on ne peut rentrer dans une grande école que si on est né dans une bonne famille), Emmanuel Macron aurait prévu de supprimer l'ENA.

Concernant l'accès aux services publics, Emmanuel Macron dit ne plus vouloir "aucune fermeture d'école et d'hôpital jusqu'à la fin du quinquennat", "sauf à la demande des maires".

Par ailleurs, le chef de l'Etat souhaite "assurer la présence des services publics" et "ouvrir un nouvel acte de notre décentralisation", notamment avec "plus de fonctionnaires sur le terrain, avec davantage de responsabilités", "et moins de fonctionnaires à Paris pour écrire des normes ou créer des règles".

"Jusqu'à la fin du quinquennat, sauf demande des maires, il n'y aura plus aucune fermeture d'école, aucune fermeture d'hôpital sur notre sol", selon le texte. L'AFP en a eu une copie: voici les principales mesures que le président de la République comptait annoncer avant que l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris lundi soir ne vienne bouleverser son planning. "Mais nous avons besoin sur tous les sujets du quotidien, de décider plus vite, plus simplement, plus clairement, au plus près de nos concitoyens". Il s'avère que le Président s'apprêtait entre autres à demander aux Français de travailler plus, affirme RTL et qu'il ne compte pas revenir sur l'ISF. Le Président, qui devait faire des annonces après le grand débat, a reporté son allocution.

Emmanuel Macron est pour la réindexation des "retraites de moins de 2.000 euros" sur l'inflation à partir du 1er janvier 2020 ainsi que la pérennisation de la prime exceptionnelle de 1.000 euros annoncée en décembre. "Je le regrette. Je veux que la considération pour les retraités se traduise par la confiance et des règles claires". "Les retraites de moins de 2 000 euros seront réindexées sur l'inflation dès le 1er janvier prochain", selon ce projet de discours.

Le président français Emmanuel Macron, le 9 avril 2019 à Paris. Jusque-là, seuls les retraités gagnant moins de 1.200 euros environ étaient exemptés.

Après le recul du gouvernement sur la hausse de la CSG, Emmanuel Macron avait prévu de donner de nouveaux gages aux retraités modestes, en réindexant les pensions de retraite sur l'inflation.

Recommande: