Gaid Salah supervise un exercice avec munitions réelles — Ouargla

17 Avril, 2019, 15:33 | Auteur: Lynn Cook
  • L’armée algérienne accuse l’ex-chef du renseignement, Toufik, «de conspiration»

"Toutefois, ces parties, à leur tête l'ex-Chef du Département du Renseignement et de la Sécurité, ont tenté, en vain, de nier leur présence dans ces réunions, et d'induire en erreur l'opinion publique, et ce, en dépit de l'existence de preuves irréfutables sur ces faits abjects", a indiqué ce mardi Gaid Salah, dans communiqué publié sur le site du Ministère de la Défense nationale. Il se pourrait donc que d'ici au 9ème vendredi de mobilisation, la situation se clarifie encore plus et confirme, une bonne fois pour toutes, l'osmose qui existe entre le peuple et son armée, dans cette révolution si particulière.

Et cela, enchaîne-t-il, " à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l'Etat, voire provoquer une déclaration de l'état d'exception, ce que nous avons récusé catégoriquement depuis le début des événements, car il est irraisonnable de gérer la période de transition sans les institutions qui organisent et supervisent cette opération, et ce, au regard des conséquences découlant de cette situation qui pourraient compromettre tout ce qui a été réalisé depuis l'indépendance à ce jour, en termes d'acquis et de réalisations qui demeurent la fierté des générations ". Et de poursuivre: " Nous avons affirmé que nous allions dévoiler la vérité, et les voici continuer à s'agiter contre la volonté du peuple et œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes et inciter à entraver les solutions de sortie de crise". "À cet effet, je lance à cette personne un dernier avertissement, et dans le cas où il persiste dans ses agissements, des mesures légales fermes seront prises à son encontre ", a menacé le vice-ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée. Et là où il s'avance sur une démarche qui ne faisait pas partie jusque-là de son lexique, c'est lorsqu'il affirme que ladite étape "sera, certainement, suivie par d'autres jusqu'à la réalisation de tous les objectifs escomptés".

Dans l'allocution qu'il a prononcée au niveau du secteur opérationnel de l'ANP à In Aménas, le chef d'état-major de l'ANP a délivré un important message politique.

"Partant de la solidité des liens de confiance liant le peuple à son armée, nous avons donné des instructions claires et sans équivoque pour la protection des citoyens, notamment lors des marches."

"Cependant, nous attendons, en contrepartie, de la part de notre peuple, d'éviter le recours à la violence, de préserver les biens publics et privés, et d'éviter d'entraver les intérêts des citoyens", a-t-il relevé.

Le chef d'État-major de l'ANP a, en outre, "rappelé les efforts incessants, consentis dans le développement et la modernisation de l'ensemble des composantes de nos Forces Armées", affirmant que "le Haut Commandement de l'ANP ne prendra aucune décision qui ne sert pas les intérêts du peuple et de la Patrie". "Une armée professionnelle de par ses effectifs, ses matériels et sa disponibilité, équipée des armes les plus modernes, destinées à faire face aux ennemis de la Nation et non pas contre son peuple".

Mahmoudi - Tous les Algériens attendent à nouveau de savoir ce que dira, ce lundi, le chef d'état-major de l'ANP qui entame une visite de quatre jours dans la 4e Région militaire, à Ouargla.

L'éventuel rôle de l'armée dans la transition post-Bouteflika continue de susciter de nombreuses questions en Algérie, malgré l'assurance de son chef d'état-major qu'elle respectera la Constitution.

Recommande: