My Million : un joueur réclame son gain d'un million d'euros in extremis

15 Avril, 2019, 23:39 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le gagnant aurait pu passer à côté d'un joli pactole

Juste avant ce que l'on appelle la "date de forclusion", c'est-à-dire les 60 jours fatidiques après lesquelles l'on ne peut plus réclamer son gain. Il a découvert son gain au téléphone et a d'abord cru à une blague.

Pour Antoine*, il était moins une ou presque. Alors qu'il avait remporté le jackpot du 12 février, le gagnant a réclamé sa somme in extremis, 53 jours après le tirage. Mais il ne sait pas qu'il est le détenteur du code victorieux et donc qu'il est potentiellement millionnaire. Il oublie régulièrement de vérifier s'il a gagné ou pas. Mais étonnée de ne pas voir se manifester le gagnant, la Française des jeux a décidé le 4 avril de lancer un avis de recherche. La FDJ communique la ville et le nom du point de vente où a été validée la grille gagnante, à savoir le tabac presse Le Balto dans le VIe arrondissement de Lyon.

D'ordinaire, pour des raisons de sécurité, l'opérateur de jeux ne diffuse ces informations qu'à l'issue du paiement.

C'est le site du Parisien qui raconte cette histoire à peine croyable. C'est une amie du joueur qui lui parle de cet appel, après avoir lu un article à ce sujet. Mais, sur le moment, cela ne pas fait tilt dans sa tête. "Je me suis juste dit que c'était un point de vente où j'allais", explique-t-il ce lundi dans les colonnes d'Aujourd'hui en France. "Le soir même, dans sa voiture, en ouvrant la boîte à gants, le quinquagénaire tombe sur un ticket My Million, avec la date du tirage dont son amie lui a parlé".

Lire la suite sur LeParisien.frRougeole: le nombre de cas a bondi de 300 % dans le monde au premier trimestre 2019Des cures à base de pétrole en AzerbaïdjanUn cœur imprimé en 3D à partir de tissu humainGrand débat: vers la fin des pensions alimentaires impayées?

Recommande: