Emploi: Construction, commerce, agriculture... de nombreuses embauches à venir dans la région

14 Avril, 2019, 00:12 | Auteur: Aubrey Nash
  • Emploi : les prévisions d'embauches au plus haut depuis 10 ans, + 12 % prévues dans l'Aude et les P.-O.

" Le secteur de l'industrie, qui va beaucoup recruter cette année, a traditionnellement besoin de CDI ", note Jean Bassères.

Les intentions de recrutement des employeurs progressent de 14,8% en 2019, après déjà une hausse soutenue en 2018 (+18,7%), selon une enquête de Pôle emploi publiée jeudi 11 avril.

Intentions d'embauche ne signifie pas automatiquement embauche, a-t-il rappelé, certaines pouvant être abandonnées ou, au contraire, donner lieu à plus de recrutements par effet de cascade. "Cette évolution s'explique à la fois par la hausse du nombre moyen de projets" d'embauche par entreprise "qui est passé de 3,9 en 2018 à 4,3 en 2019, et par l'augmentation de la proportion" d'entreprises "prévoyant d'embaucher (26,4% en 2019 contre 25,9% en 2018)", explique Pôle emploi. En 2018 cependant, huit recruteurs sur dix ont réalisé l'embauche annoncée. D'autant que cette enquête, réalisée avec le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc), fait surtout ressortir les embauches de moyenne ou longue durée. En clair, les employeurs restent avides de renforcer leurs équipes, malgré le ralentissement de la croissance.

C'est aussi ce que montrent les prévisions du gouvernement, telles qu'elles figurent dans son Programme de stabilité transmis cette semaine à Bruxelles.

L'augmentation des intentions d'embauche concerne tous les secteurs d'activité et plus particulièrement la construction (+26%), l'industrie (+20%) et les services aux entreprises (+20%). Trois régions, pourtant très différentes entre elles ne serait-ce que sur le taux de chômage, se distinguent: Pays de la Loire, Normandie et Haut-de-France. Les métiers qui recrutent le plus sont sans surprise ceux de l'agriculture (viticulteur, aboriculteur, agriculteur), de l'hôtellerie-restauration (serveurs, aides et apprentis de cuisine, employés polyvalents de la restauration, cuisiniers, employés de l'hôtellerie.), du médico-social (professionnels de l'animation socioculturelle, aides à domicile et aides ménagères, aides-soignants.) ou du commerce (vendeurs en produits alimentaires, caissiers, vendeurs en habillement et accessoires (luxe, sport, loisirs et culturels)).

Deux projets de recrutement sur trois concernent des emplois durables, dont 45 % de CDI et 20 % de CDD de plus de six mois.

Si les PME ont le plus de mal à recruter, les grandes entreprises de plus de 200 salariés ne sont plus épargnées (43 %, en hausse de onze points).

Revers de la médaille, ce volontarisme va de pair avec une perception renforcée des difficultés à trouver le bon candidat: un projet de recrutement sur deux sera difficile, anticipent les chefs d'entreprises sondés, contre 44,4 % l'année dernière.

Le cocktail de raisons qui alimentent ce pessimisme n'a, en revanche, que peu bougé.

Recommande: