Amiens : l'attitude chevaleresque de Gouano, cible de cris racistes

13 Avril, 2019, 18:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Ligue 1 : le capitaine d’Amiens victime d’insultes racistes à Dijon le match brièvement interrompu

Nantes s'est imposé face à Lyon (2-1), Dijon et Amiens n'ont pu faire mieux que 0-0, un match dans lequel est survenu un incident raciste.

Interrompu quelques minutes, le match a failli être purement et simplement arrêté, confirme Prince Gouano. Le capitaine amiénois, le défenseur Prince-Désir Gouano, a décidé de stopper le jeu, appuyé par ses coéquipiers.

"Nous sommes au 21e siècle, c'est inadmissible", avait-i réagi à chaud, au micro de BeIn Sports.

Pendant la rencontre, le joueur assure avoir entendu des bruitages de singe venant des tribunes: "Je me suis retourné et effectivement il y avait un monsieur qui regardait dans ma direction et qui continuait". "(...) Cela devient un endroit dangereux où on va jouer, ce n'est pas possible, on ne peut pas continuer comme ça, c'est un sport ce n'est pas la foire", a-t-elle déclaré. J'ai marqué le coup en demandant d'arrêter le jeu, parce que je pense que, de nos jours, nous sommes tous égaux. Après plus de trois minutes de flottement et une discussion entre les entraîneurs des deux équipes, Antoine Kombouaré et Christophe Pélissier, et l'arbitre du match Karim Abed, ce dernier a demandé au speaker du stade: "Faites bien passer le message, si ça reproduit on arrête." . Le mot d'ordre, c'est l'amour, il faut aimer son prochain, chose qui n'a pas été faite. Des insultes racistes d'un " supporter " envers Prince Gouano ont entraîné l'interruption temporaire de la rencontre opposant le DFCO à Amiens. Il reste humain, la faute est humaine. Pour que cet individu transmette à ses enfants que ce type de comportement ne sert à rien.

L'auteur présumé des faits a été identifié et interpellé dès la fin du match, a indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) qui a tout de suite condamné ces agissements. Bientôt un autre match, d'autres noirs, un autre terrain, un autre stade, un autre raciste.

"J'ai eu la proposition de porter plainte, mais je ne pense pas le faire", explique-t-il très calmement, malgré sa colère sur le terrain.

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, s'était exprimé dans un communiqué: "Par son histoire, sa culture, son universalité, le football est le contraire du racisme, de toutes les formes de discrimination". "Dans le cadre de sa convention avec la Licra, la LFP va étudier les suites judiciaires à donner à ce dossier".

Recommande: