WikiLeaks : Julian Assange arrêté à Londres

12 Avril, 2019, 08:06 | Auteur: Lynn Cook
  • L'Équateur balaie les rumeurs d'expulsion de Julian Assange

D'après Scoltland Yard, Assange a été placé en garde à vue dans un commissariat londonien et sera "présenté au tribunal de Westminster dès que possible".■.

Julian Assange a fait preuve d'"ingratitude et irrespect" envers l'Equateur malgré l'asile que ce pays lui a donné dans son ambassade londonienne depuis 2012. Julian Assange voit son asile révoqué et il est mis aux arrêts.

"L'Equateur a décidé " de manière souveraine " de retirer l'asile diplomatique au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, arrêté jeudi à Londres, a annoncé pour sa part sur Twitter le président équatorien Lenin Moreno".

Quito a en outre dénoncé auprès des Nations unies la diffusion par WikiLeaks et sur les réseaux sociaux de photos, vidéos et conversations privées du président Moreno, et un rapporteur spécial de l'ONU, Joe Cannataci, doit rencontrer Julian Assange le 25 avril à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Finie la récréation pour le fondateur de Wikileaks, Julian Assange. Il reste sous le coup d'un mandat d'arrêt britannique pour violation des conditions de liberté surveillée dans cette affaire, et redoute une extradition vers les Etats-Unis pour les fuites massives de documents confidentiels du Pentagone de 2010. Il avait été porté hors de la représentation diplomatique équatorienne peu après 11h00 par six policiers jusqu'à un fourgon de police, selon une vidéo de son arrestation.

Julian Assange réside à l'ambassade équatorienne de Londres depuis 2012, pour éviter une extradition vers la Suède.

Julian Assange a fondé en 2006 WikiLeaks, qui s'est fait connaître du grand public trois ans plus tard avec la publication de centaines de milliers de messages de bipeurs envoyés aux Etats-Unis le 11 septembre 2001.

Mais l'Etat a en théorie l'obligation de le protéger contre les éventuelles prétentions d'autres pays de le condamner à la réclusion à perpétuité ou à mort, peines non reconnues par la législation équatorienne.

Les Etats-Unis sont "complets", a martelé vendredi le président américain.

L'homme comparaissait devant le tribunal de Westminster dans l'après-midi. Il a réaffirmé également que le gouvernement continuait " à chercher une solution " à la situation de l'Australien de 47 ans.

L'affaire de viol a été close en 2017, mais un mandat d'arrêt britannique était toujours en cours pour non-respect de ses engagements en matière de liberté conditionnelle.

Recommande: