La couverture maladie universelle est essentielle au développement durable — ONU

12 Avril, 2019, 00:44 | Auteur: Jonathan Ford
  • Message de madame la ministre de la santé du Burkina Faso à l’occasion de la journée mondiale de la santé 2019

La cérémonie de célébration officielle s'est ouverte lundi dans la capitale.

Le ministre de la Santé, Anass Doukkali et le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreysus.

Signé à l'occasion de la célébration au Maroc de la Journée mondiale de la santé de 2019, sous le signe "Soins de santé primaires: la voie vers la couverture santé universelle", ce document s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale multisectorielle pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles.

Pour assurer l'efficacité des soins de santé primaires, SM le Roi a appelé à la mise en place "des instruments novateurs de financement", vu le contexte général qui est marqué par l'augmentation des dépenses de santé, le vieillissement rapide de la population mondiale, la prévalence des maladies chroniques et la disponibilité de nouveaux traitements à coût élevé. "Cela implique, en premier lieu, de rechercher des mécanismes à même d'enrayer les déperditions dans les financements et de réduire l'inefficience", a-t-il indiqué.

Sa Majesté le Roi a, en outre, indiqué que la couverture-santé universelle n'est pas un objectif hors de portée, tout comme elle n'est pas l'apanage des seuls pays avancés et que nombre d'expériences ont, en effet, montré, de façon tangible, que cet objectif est parfaitement réalisable, quel que soit le niveau de développement d'un pays.

Mais pour y parvenir, il faudra réunir certaines conditions fondamentales.

Ceci passe nécessairement par l'élaboration et l'adoption de politiques et de mesures sectorielles et intersectorielles, qui tiennent compte de ces facteurs dans leur ensemble, dans le cadre de la responsabilité partagée de tous les intervenants dans le domaine de la santé, ce qui leur dicte de conjuguer les efforts et de rationaliser les ressources. Parmi lesquelles figurent l'adoption d'une politique médicamenteuse pertinente, visant à garantir l'accès aux médicaments élémentaires dont dépendent les programmes prioritaires de santé publique, et l'encouragement de la production locale de médicaments génériques et de matériel médical de qualité, dans l'optique d'atteindre la souveraineté médicamenteuse. Enfin, SM le Roi a fait remarquer que la couverture-santé universelle doit prendre en considération certaines priorités, dont la veille épidémiologique, la lutte contre les épidémies transfrontalières et le renforcement des systèmes de santé.

Le Secrétaire de l'ONU poursuit dans ses propos et souligne que " la couverture universelle de la santé est une condition fondamentale pour construire des sociétés et des économies saines et atteindre les objectifs de développement durable (ODD) ".

Par ailleurs, Msr Antonio Guterres a fait savoir que si la santé est un droit de l'homme, la moitié de la population mondiale de n'a toujours pas accès aux services de santé de base. "Nous devons nous attaquer aux principaux déterminants de la santé, y compris les facteurs sociaux, économiques et environnementaux", a déclaré M. Guterres. "Nous avons besoin d'agents de santé hautement qualifiés qui peuvent éduquer et défendre les intérêts de leurs patients". Il faut que chacun et chacune ait les moyens et les connaissances nécessaires pour prendre soin de sa santé et de celle de sa famille. "Il faut que les populations aient accès aux soins de santé, où qu'elles soient et à chaque fois qu'elles en ont besoin". Il a, à cette occasion, exprimé la volonté de l'Organisation de collaborer avec le gouvernement marocain et d'autres partenaires pour poursuivre le chantier de renforcement de la couverture médicale de base et élargir le champ de la couverture médicale universelle, se félicitant de la signature de la Charte sur les maladies non transmissibles.

Recommande: