Guaido maintient la pression dans la rue — Venezuela

10 Avril, 2019, 11:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Guaido maintient la pression dans la rue — Venezuela

"On est en mode survie, c'est ce à quoi nous oblige cette dictature", a déclaré à l'AFP Marcel Rouaix, un étudiant de 22 ans.

De son côté, le pouvoir en place a renforcé la pression sur Juan Guaido, le privant de son immunité parlementaire, permettant ainsi la poursuite de la procédure pénale engagée à son encontre, et le déclarant inéligible durant 15 ans.

Le Venezuela souffre depuis longtemps de pénuries de produits alimentaires et de médicaments, car le gouvernement, leur principal importateur, est en manque de liquidités en raison de l'effondrement de sa production pétrolière (96% des ressources du pays) et de son éviction des marchés financiers par des sanctions de Washington. "Cette lutte est en faveur de meilleures conditions de vie de tous les Vénézuéliens", a écrit, sur Twitter, Juan Guaido, reconnu président par intérim par plus de 50 pays.

M. Guaido a affirmé que "rien" ne l'arrêterait, bien qu'en théorie il puisse être interpellé à tout moment par les autorités.

Le président Donald Trump n'exclut pas d'intervenir militairement au Venezuela, pays qui compte les plus grandes réserves de pétrole de la planète, tandis que M. Guaido songe à demander au Parlement d'autoriser une opération militaire étrangère. Et depuis une dizaine de jours, des coupures de courant intermittentes plongent le pays dans le noir à intervalles réguliers et créent de graves problèmes de distribution d'eau.

Deux rassemblements rivaux ont eu lieu samedi dans la capitale vénézuélienne, à la suite de pannes de courant qui ont laissé des gens sans électricité ni eau.

" Nous avons découvert de nouvelles sources d'attaque depuis le Chili, depuis la Colombie, ils ont effectué des attaques cybernétiques soutenues par le gouvernement des États-Unis pour endommager le système électrique du peuple du Venezuela", a annoncé M. Maduro à une foule de ses partisans rassemblés devant le palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Les pompes à eau des habitations et des immeubles, qui fonctionnent à l'électricité, se retrouvent à l'arrêt. M. Guaido attribue pour sa part ces problèmes à la corruption et à une mauvaise gouvernance du pouvoir chaviste.

Un rapport interne de l'ONU consulté par l'AFP la semaine dernière indique que sept millions de personnes -près du quart de la population vénézuélienne- ont besoin d'aide humanitaire et manquent de nourriture et de soins médicaux. Vendredi, les Etats-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre 34 navires du groupe pétrolier public vénézuélien PDVSA.

"Le gouvernement parie sur l'usure de Guaido, qui a réussi jusqu'à présent à conserver un large soutien politique et populaire", estime le politologue Luis Salamanca.

Toutes ces manifestations doivent composer avec la présence des " colectivos", ces hommes armés agissant en milice pour s'en prendre à l'opposition.

"On est en train de résister", assure Larry Moreno, 65 ans, vendeur de légumes sur un marché de Caracas, qui accuse l'"opération liberté" de Guaido de servir à "camoufler" une prochaine intervention militaire américaine.

Recommande: