Felicity Huffman, héroïne de Desperate Housewives, va-t-elle aller en prison ?

10 Avril, 2019, 00:29 | Auteur: Sue Barrett
  • L'actrice américaine Felicity Huffman à la sortir du tribunal fédéral de Boston le 3 avril 2019

L'organisme aurait reçu au total 25 millions d'euros de parents pour permettre à leurs enfants d'entrer à Yale, Georgetown, Stanford, l'université de Californie du Sud (USC) ou encore l'Université du Texas.

Au total, 33 parents ont été inculpés pour avoir eu recours aux services de William Singer, moyennant le paiement de sommes allant jusqu'à 6,5 millions de dollars.

A la tête de ce réseau de fraude à grand échelle, on retrouve William Singer, un ancien patron d'une société spécialisée dans la préparation aux examens. Felicity n'est pas la seule à avoir enfreint la loi, ni la seule personnalité à avoir été inculpée.

Ce second chef étant passible de 20 ans de prison, la comédienne de 54 ans, devenue célèbre pour son rôle de Becky dans la série "La fête à la maison", encourt désormais théoriquement 40 années d'emprisonnement.

Alors qu'elle risquait un lourd procès, Felicity Huffman a déclaré publiquement lundi 4 avril qu'elle plaiderait coupable d'association de malfaiteurs en vue de transférer des fonds dans un but frauduleux, devant un juge fédéral de Boston. Le couple a effectivement payé 500.000 dollars en 2016 et 2017 pour s'assurer que leurs enfants soient présentées comme pratiquantes de l'aviron à haut niveau pour faciliter leur admission dans cette fac privée de renom. "J'ai honte de la douleur que j'ai causée à ma fille, ma famille, mes amis, mes collègues et à la communauté éducative".

Cette démarche lui évite un procès et, selon toute vraisemblance, devrait lui valoir une peine réduite, car la reconnaissance de culpabilité est d'une importance majeure dans le système judiciaire américain. Felicity Huffman a choisi de plaider coupable comme 13 autres parents.

" Je veux m'excuser auprès d'eux et, tout particulièrement, auprès des étudiants qui travaillent dur tous les jours pour entrer à l'université, et de leurs parents qui font d'immenses sacrifices pour les soutenir, avec honnêteté ", a-t-elle ajouté. Comme l'expliquait un article du Temps en mars dernier, si les directions des établissements n'ont pas été visées pour le moment, certaines ont décidé de mener des enquêtes internes, de nombreux entraîneurs sportifs étant impliqués dans cette affaire.

Quelques semaines après la révélation de l'énorme scandale de corruption dans les universités américaines.

M. Giannulli a également été inculpé mardi du second chef d'accusation, de même que 14 autres parents.

Recommande: