L’Iran désigne à son tour le Commandement central US comme organisation terroriste

09 Avril, 2019, 08:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo lundi à Washington

Selon le président des États-Unis, cette annonce "est une reconnaissance du fait que l'Iran n'est pas seulement un État soutenant le terrorisme, mais que les Gardiens participent activement, financent, et promeuvent le terrorisme".

Le Conseil suprême de sécurité nationale iranien a réagi à l'inscription par Donald Trump du Corps des Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes en y plaçant à son tour des forces armées des États-Unis.

L'Iran "déclare qu'il considère le régime des États-Unis comme un 'État parrain du terrorisme'" et les forces américaines déployées au Moyen-Orient comme des "groupes terroristes", a annoncé lundi soir l'agence officielle iranienne Irna.

Cette décision augmenterait considérablement la pression sur cette force paramilitaire. L'idée de mettre plus clairement à l'index les "Pasdaran", armée spéciale créée en 1979 dans le but de protéger la Révolution islamique iranienne des menaces étrangères et intérieures, planait depuis l'arrivée du milliardaire républicain à la Maison Blanche. La nouvelle a d'ailleurs rapidement été saluée sur Twitter par Netanyahou qui, s'adressant à Donald Trump, lui a assuré: "Une fois encore, vous mettez le monde à l'abri de l'agression et du terrorisme de l'Iran".

Première conséquence spectaculaire de ce changement de cap, il a retiré en mai 2018 les Etats-Unis de l'accord international de 2015 censé empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, signé sous son prédécesseur démocrate Barack Obama mais jugé trop laxiste par l'homme d'affaires républicain.

L'Iran a promis de prendre des mesures de réciprocité à l'encontre de Washington. Les États-Unis tentent de forger une "coalition" anti-iranienne, mais avec des résultats mitigés, les Européens étant toujours furieux du retrait américain de l'accord nucléaire.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a accusé dimanche les dirigeants américains de " conduire les États-Unis dans un bourbier " en agissant pour le compte du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

" De sorte que les dirigeants américains, qui sont eux-mêmes les instigateurs et les soutiens du terrorisme dans la région [du Moyen-Orient], regretteront cette décision malvenue et idiote", ont ajouté les élus.

Cette décision "augmentera significativement l'échelle et la portée de notre pression maximale contre le régime iranien", précise le président américain, qui ajoute: "Si vous faites affaire avec les Gardiens de la révolution, vous financez le terrorisme".

Washington avait déjà placé sur liste noire des dizaines d'entités et de personnes affiliées au CGRI, mais pas ce corps militaire dans son ensemble. Leur poids politique et économique est considérable en Iran. Cette unité d'élite des "Pasdaran " est leur branche extérieure qui soutient les forces alliées de l'Iran au Moyen-Orient, notamment en Syrie.

Composé d'environ 125 000 soldats, il dispose d'unités navales et aériennes.

Recommande: