Paris: Mort suspecte d'un jeune homme après un contrôle routier

01 Avril, 2019, 15:40 | Auteur: Sue Barrett
  • Le jeune homme est décédé à l'hôpital parisien la Pitié Salepêtrière

Selon la préfecture de police, il aurait en réalité avalé de la drogue lors du contrôle de police.

L'histoire a ému les réseaux sociaux qui l'ont partagée sous le le hashtag #JusticePourAnge, en tête des tendances dimanche sur Twitter.

Dans la nuit du mercredi 27 mars au jeudi 28 mars, Ange Marifa, 31 ans, est arrêté à la suite d'un contrôle de police au Kremlin-Bicêtre, en région parisienne.

Le jeune homme noir prénommé Ange, "en situation d'annulation de son permis de conduire" et connu de la police pour stupéfiants, a été dépisté positif au test d'alcoolémie, selon la préfecture. L'homme avait déjà été interpellé dans le passé pour défaut de permis de conduire nous précise une source policière. À 02h10, alors que les fonctionnaires interpellateurs étaient en attente d'un véhicule de transport de l'interpellé, ce dernier a ingéré une substance non identifiée. Il s'agirait de cocaïne nous précise cette même source.

Les sapeurs-pompiers sont intervenus et ont " effectué un massage cardiaque sur le conducteur du véhicule ".

Mais entre le contrôle de police, la garde à vue et la mort du jeune homme, tout est flou.

Selon le Huffpost, ce n'est que deux jours plus tard vendredi, que les proches du jeune homme ont appris par l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, qu'il était en état de mort cérébrale après un arrêt cardiaque. Les médecins ont par la suite penché pour un arrêt des soins selon une source judiciaire. La décision est finalement prise samedi en fin de journée.

"Justice pour Ange" réclament sur Twitter plusieurs personnalités, dont les hommes politiques Benoît Hamon et Alexis Corbière et l'acteur Omar Sy, reprenant une forme de slogan apparu avec l'affaire Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans érigé en symbole des violences policières par ses proches. Une précision que ne mentionne pas le communiqué de la préfecture de police.

Un décès qui pose question pour sa famille. Sur les réseaux sociaux, l'affaire suscite émoi et suspicion sous le hashtag #JusticePourAnge.

Vendredi, une vidéo de la mère d'Ange Dibenesha avait été diffusée sur les réseaux sociaux. Après cela, il s'est mis à convulser et a, dans cet état, été transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Elle explique que personne n'a été informé de sa crise cardiaque et de son admission à l'hôpital, " ni son épouse, ni sa famille ".

Le parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance du chef d'usage et de détention de stupéfiants et l'a confiée à la Brigade des stupéfiants.

Recommande: