Theresa May demande un report du Brexit au 30 juin

21 Mars, 2019, 12:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Brexit: le 21 mars serait-elle la date du dernier sommet européen pour le Royaume-Uni?

Dans l'incapacité de faire voter par son Parlement l'accord de sortie, la Première ministre britannique Theresa May a annoncé avoir demandé à l'Union européenne un report du Brexit jusqu'au 30 juin, mercredi devant la Chambre des Communes.

De son côté, la première ministre May a rétorqué qu'elle ne croit pas que d'obliger son pays à participer aux prochaines élections européennes soit une bonne chose, même si la date qu'elle propose pour le Brexit est postérieure au scrutin. Il règne désormais autour du Brexit un flottement qui n'est pas fait pour rassurer les Européens, qui ne paraissent plus tellement désireux d'offrir leur clémence à Theresa May qui doit écrire à l'UE pour demander une extension.

Un report de la date du Brexit n'est ni automatique ni certain, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement français, après l'envoi par Theresa May d'une demande de report au 30 juin qui sera examinée jeudi par les dirigeants européens.

Il appartient aux vingt-sept autres Etats membres de l'UE, réunis jeudi et vendredi en Conseil européen, de décider à l'unanimité s'ils accordent ou non un report du Brexit à Theresa May. Il a annoncé que Paris s'opposera au report du Brexit s'il n'est pas justifié par une stratégie "crédible".

Le risque demeure donc d'un divorce brutal entre Londres et l'UE, un scénario aux conséquences économiques redoutées d'un côté comme de l'autre.

"Même si l'espoir d'un succès final peut paraître frêle, voire illusoire, et bien qu'une fatigue du Brexit soit de plus en plus visible et justifiée, nous ne pouvons renoncer à rechercher jusqu'au tout dernier moment une solution positive", a déclaré Donald Tusk. Ce traité, péniblement conclu en novembre à l'issue d'un an et demi de négociations, a déjà été massivement rejeté à deux reprises par les députés britanniques, le 15 janvier puis le 12 mars.

Demander un report du Brexit en indiquant vouloir organiser un nouveau vote à la Chambre des Communes sur l'accord de retrait "dès que possible" ne suffit pas à ce que le Conseil s'exprime sur la question. "Mais en tant que Première ministre, je ne suis pas disposée à repousser le Brexit au-delà du 30 juin", a prévenu Mme May. La dirigeante conservatrice a également affirmé son intention de "présenter une nouvelle fois à la Chambre" le traité de retrait conclu avec Bruxelles, et ce "aussi vite que possible".

Pour Donald Tusk, le président du Conseil européen, une extension de longue durée du délai avant la sortie du Royaume-Uni de l'UE s'impose.

Donald Tusk n'a pas rejeté la demande de report.

Et le diplomate européen de souligner que la date du 30 juin était quoi qu'il en soit trop tardive selon plusieurs Etats membres, et faisait peser de "graves risques politiques et juridiques" pour l'UE, selon la Commission européenne.

" J'estime qu'il n'y aura pas de décision cette semaine lors du Conseil européen ", a déclaré mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, à la veille d'un sommet européen à Bruxelles. Le leader de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, partisan d'un report plus long, a fustigé "l'incompétence, les échecs et l'intransigeance de la Première ministre et de son gouvernement".

Recommande: