L'heure du verdict pour Radovan Karadzic, "le bourreau de Srebrenica"

21 Mars, 2019, 17:24 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ex-chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic au moment de la lecture de son verdict à La Haye le 20 mars 2019

Radovan Karadzic est fixé sur son sort: la justice internationale a condamné l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie à la prison à vie pour "l'étendue et la cruauté systématique" de ses crimes pendant la guerre de Bosnie (1992-1995).

En première instance, les juges "ont sous-estimé l'extrême gravité de la responsabilité de Karadzic dans les pires crimes commis" durant le conflit en Bosnie, a déclaré le juge, Vagn Joensen, soulignant "l'étendue" et la "cruauté systématique" de ces crimes.

Le verdict sera prononcé à partir de 13h00 à La Haye par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), qui a pris le relais du TPIY après la fermeture de celui-ci en 2017.

L'ex-Président de la République serbe de Bosnie Radovan Karadzic condamné à la prison à perpétuité par la justice internationale a commenté le verdict en le qualifiant de "vengeance du tribunal que le vieillard qu'il est ne craint pas". Il est également mis en cause dans le déplacement de populations sur des bases ethniques dans plusieurs autres villes du pays. Un optimisme que son entourage affichait toujours avant l'appel.

La vingtaine de femmes venues là, parfois accompagnées de proches, n'attendaient rien d'autre qu'une confirmation que Karadzic ne recouvrerait jamais la liberté. L'accusation, qui demandait la prison à vie, avait elle aussi fait appel du jugement de première instance, jugé trop clément.

" Ce verdict arrive très tard, mais c'est un jour très important pour nous à cause du déni qui prend de l'ampleur ", dit Nedzad Avdic, un survivant âgé de 40 ans, dont le père a été tué dans le massacre. La justice le juge responsable de persécutions, meurtres, viols, traitements inhumains ou transferts forcés, notamment lors du siège de près de quatre ans de la capitale bosniaque Sarajevo, au cours duquel plus de 10.000 personnes sont mortes.

La décision sur Radovan Karadzic est l'une des dernières de la justice internationale dans le cadre de la dislocation conflictuelle de l'ex-Yougoslavie après la chute du communisme en 1991.

Des survivants du massacre de Srebrenica réunis pour regarder le verdict contre l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic à Potocari en Bosnie le 20 mars 2019
Génocide en Bosnie : Radovan Karadzic condamné à la prison à vie, notamment pour le massacre de Srebrenica

Radovan Karadzic lors de son procès à la Haye en 2016.

Après 13 ans de cavale, Karadzic a été arrêté en juillet 2008 dans un bus de la banlieue de Belgrade, trois ans avant l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, condamné en 2017 à la perpétuité.

La peine de l'ancien président des Serbes de Bosnie a été alourdie en appel par les juges du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux de l'ONU.

La tuerie de Srebrenica, considérée comme un acte de génocide par la justice internationale, est l'une des atrocités dont a été reconnu coupable Karadzic.

Mais le verdict contre Radovan Karadzic ne convaincra sans doute pas la plupart des Serbes orthodoxes, qui représentent un tiers des citoyens de Bosnie, pour environ une moitié de Bosniaques musulmans et 15% de Croates catholiques.

Pour beaucoup des membres de sa communauté, en Bosnie comme en Serbie, il reste un "héros" qui a protégé son peuple.

Recommande: