Lampedusa: l'Italie saisit un navire humanitaire avec 48 migrants à bord

21 Mars, 2019, 18:54 | Auteur: Lynn Cook
  • Une enquête contre Matteo Salvini avait été ouverte pour séquestration de personnes

"Les douanes sont en train de procéder à la saisie du navire Mare Jonio, c'est pourquoi elles l'escortent actuellement dans le port de Lampedusa", a indiqué le ministère, précisant que "les interrogatoires des membres d'équipage pourraient avoir lieu dans les prochaines heures".

Le Mare Jonio, affrété par le collectif de gauche et d'extrême gauche Mediterranea, a secouru lundi 49 migrants sur un canot en difficulté à 40 milles nautiques au nord de la Libye. Des garde-côtes de ce pays se trouvaient également à proximité, mais l'équipage du Mare Ionio a choisi de prendre en charge les migrants afin d'éviter leur retour en Libye, où ils sont nombreux à subir des violences.

"Secourus ce lundi au large de la Libye, le navire humanitaire était toujours bloqué, ce mardi après-midi, au large de l'île italienne de Lampedusa, les autorités italiennes refusant qu'il accoste".

"Il y a en Italie un gouvernement qui défend les frontières et qui fait respecter les lois", s'est félicité selon Rfi, le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini alors que la justice italienne ouvrait une enquête pour "aide à l'immigration clandestine ". Mardi matin, le Mare Jonio s'était positionné au large de Lampedusa pour s'abriter du mauvais temps, mais les autorités lui avaient ordonné de rester à distance. "Ils peuvent être soignés, nourris, vêtus, tout ce que vous voulez, mais ils ne mettront pas les pieds en Italie avec mon autorisation", a lancé Matteo Salvini dans une interview à la télévision italienne. Ce mardi soir, l'Italie a saisi le navire. A son bord, 48 migrants recueillis en mer dans la journée de lundi.

"Les conditions météo étaient impossibles, nous n'avons pas eu le choix", a déploré le chef de mission, Luca Casarini, à l'agence AGI. Un jeune homme de 25 ans souffrant de pneumonie a cependant pu être évacué vers le centre médical de l'île.

Tout en reconnaissant dans sa directive qu'aider les personnes dont les vies sont en danger est une "priorité", M. Salvini menace de "sanctions" ceux qui "violent explicitement les règlementations internationales, européennes et nationales concernant les sauvetages".

L'Italie, avec le soutien de l'Union européenne, forment depuis 2017 des gardes-côtes libyens pour intercepter des navires de migrants, dans le cadre d'un accord controversé qui a eu pour effet de voir le nombre des arrivées de migrants en Italie diminuer de façon drastique. Mardi, le ministère a annoncé la création d'une commission "d'experts et de policiers" chargée d'assurer l'application du texte.

Recommande: