"Gilets jaunes": Les militaires de l’opération Sentinelle pourront être mobilisés samedi

21 Mars, 2019, 08:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Les militaires du dispositif Sentinelle seront mobilisés samedi dans le cadre de la mobilisation des Gilets jaunes

Manifestations interdites sur les Champs Elysées et dans certains quartiers des grandes villes en cas de présence d'"ultras ", préfet de police de Paris remplacé, contraventions alourdies: le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé dès lundi une batterie de mesures pour répondre aux violences ayant émaillé la dernière manifestation des "gilets jaunes ", samedi 16 mars à Paris.

Cette initiative annoncée par le président Emmanuel Macron en conseil des ministres permettra aux forces de l'ordre de se "concentrer sur les mouvements, sur le maintien et le rétablissement de l'ordre", a-t-il justifié.

La mission Sentinelle est d'ordinaire un dispositif de lutte contre le terrorisme.

Mise en place après les attentats de janvier 2015 en France, l'opération Sentinelle mobilise quelque 10 000 hommes, dont 3 000 en réserve, sur l'ensemble du territoire.

Pour le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d'Etat, Laurent Nunez, policiers et gendarmes mobiles ont été débordés samedi par les casseurs qui se sont déchaînés sur les Champs-Elysées parce que les consignes de fermeté du gouvernement n'ont pas été "correctement appliquées". Mais ils devront, "comme nos concitoyens ont l'habitude de les voir [faire]", "sécuriser les lieux fixes, ce qui permet [tra] de libérer nos forces de sécurité pour aller faire du maintien de l'ordre", a poursuivi le porte-parole. "Les militaires ne sont pas formés au maintien de l'ordre".

Les militaires protègent des sites religieux (synagogues, mosquées.), des lieux particulièrement exposés au risque terroriste ou très fréquentés (lieux touristiques, gares.).

Concernant la question de la riposte des soldats, évoquée avec inquiétude par Philippe Capon, le secrétaire général du syndicat Unsa-Police, "elle ne devrait pas avoir lieu", affirme le colonel.

Le chef de file des sénateurs Les Républicains (LR) Bruno Retailleau a appelé Emmanuel Macron, en tant que chef des armées, à "renoncer à cette décision funeste". Ils sont aussi présents de manière quasi-permanente dans les aéroports ou les musées. Ils sont formés au combat, pour tuer et neutraliser.

Une voiture du dispositif de Sentinelle avait été incendiée par des manifestants près de la Tour Eiffel le 9 février. "On utilise l'armée en cas de guerre ou de guerre civile, mais on ne me fera pas dire que 1500 black blocs constituent une menace pour la nation française à tel point qu'on en vienne à cette extrémité!", a jugé le sénateur de Vendée au Point. À deux mois des élections européennes, qui font l'objet d'une grande défiance des Gilets jaunes, François Bayrou pour le Mouvement démocrate (MoDem), Olivier Faure pour le Parti socialiste (PS), Stanislas Guerini pour la République en marche (LREM), Marine Le Pen pour le Rassemblement national (RN), Jean-Luc Mélenchon pour la France insoumise (LFI) et Laurent Wauquiez pour les Républicains (LR) échangeront sur "la crise et après?". "Ils ne vont pas se mettre à arrêter les gilets jaunes", ajoute cette source.

Recommande: