Débat des chefs de parti : Stanislas Guerini seul contre tous face aux ténors de l'opposition

21 Mars, 2019, 12:53 | Auteur: Lynn Cook

Il était la cible désignée de la soirée. Stanislas Guerini a essuyé le feu nourri des critiques des chefs de parti, lors du débat "La crise, et après" qui s'est tenu sur le plateau de BFM-TV, mercredi 20 mars. "Pour moi, la stratégie de la violence est la pire de toutes parce qu'elle ne nous amène nulle part", a répondu Jean-Luc Mélenchon."C'est un métier, le maintien de l'ordre". "Vous mentez", lui a asséné à plusieurs reprises Laurent Wauquiez.

Stanislas Guerini a répliqué en dénonçant des "convergences" entre La France insoumise et le Rassemblement national. "On doit les arrêter", a réagi François Bayrou, à la surprise de Mélenchon.

En verve, Jean-Luc Mélenchon a défendu sa conception de "l'Etat" et distribué les mauvais points, tandis que Laurent Wauquiez s'est employé à se démarquer de Marine Le Pen.

Ce fut l'un des plus importants sujets de discorde. Et la gestion de l'ordre public a été au cœur des échanges, notamment après l'annonce de la mobilisation de la mission antiterroriste militaire Sentinelle pour les prochaines manifestations. "Vous êtes le système", lui a ainsi lancé Jean-Luc Mélenchon, "et vous, son assurance vie", a-t-il complété en visant Marine Le Pen. Pour le socialiste Olivier Faure, le président "a porté à incandescence la question des inégalités dans ce pays" en ayant voulu "réduire les droits des plus faibles" et "fait des cadeaux fiscaux" aux plus riches. Et là le président ne veut pas qu'on vote.

Recommande: