Brexit : le Parlement britannique ne revotera pas l'accord déjà rejeté

19 Mars, 2019, 03:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Brexit: un nouveau vote d'ici le 20 mars

Un des conseillers juridiques du gouvernement, le "Solicitor General" du Royaume-Uni Robert Buckland, a assuré qu'il existait des moyens de contourner la décision de Bercow. La Première ministre britannique Theresa May pourrait renoncer à soumettre une troisième fois au vote des députés l'accord de retrait qu'elle a négocié avec l' Union européenne si elle n'obtient pas le soutien suffisant, ont déclaré ce dimanche deux de ses ministres. "Si le gouvernment veut présenter une nouvelle proposition qui n'est pas la même ou substantiellement la même [que celle qui a été déjà rejetée] alors tout est en ordre", a souligné le "speaker" de la Chambre des communes. "[.] Avant tout autre vote, nous voulons avoir ou croire que nous avons une chance raisonnable de l'emporter", a confirmé son porte-parole lundi. M. Bercow a précisé qu'il ne demandait pas un texte différent " dans sa formulation", mais " dans sa substance ".

Les 27 pourraient presser la Grande-Bretagne à s'engager dans un report du Brexit d'au moins un an pour laisser à Theresa May le temps de régler l'impasse politique dans laquelle le Brexit a placé son pays.

Ceux-ci s'opposent notamment au "filet de sécurité", une disposition de l'accord censée éviter le retour d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord et qui prévoit que le Royaume-Uni demeure dans un "territoire douanier unique" avec l'UE.

Pour obtenir les votes qui lui manquent, le gouvernement a lancé des discussions avec les fervents partisans du Brexit, comme le parti nord-irlandais DUP, son allié au Parlement.

" J'attends de voir ce que va faire le DUP", a déclaré le président de l'ERG Jacob Rees-Mogg, sur la radio LBC".

Mais après l'annonce de Bercow, il va lui falloir chercher des changements auprès de l'UE pour pourvoir représenter l'accord, alors que Bruxelles a déjà exclu à maintes reprises une renégociation de l'accord.

En revanche, si l'UE n'acceptait pas de report, resterait l'hypothèse par défaut du "no-deal".

Le secrétaire d'Etat au Brexit Kwasi Kwarteng a cependant déclaré devant le Parlement qu'il existait encore une possibilité que l'Accord de retrait soit présenté aux Communes et ajouté que le gouvernement comptait toujours demander un report de la date du Brexit aux dirigeants européens réunis en conseil jeudi et vendredi à Bruxelles.

Lire aussi - Et si le Brexit n'avait plus lieu? Bruxelles laisse toutefois entendre qu'il pourrait accepter un report du Brexit.

"Si on doit en revenir à la case départ et négocier un nouvel accord, cela va exiger une prolongation bien plus longue (de l'Article 50) et signifiera presque à coup sûr que le Royaume-Uni participe aux élections européennes en mai", a expliqué Theresa May dans un article publié par le Sunday Telegraph.

Recommande: