" Youth for Climate ": La jeunesse s'insurge…

17 Mars, 2019, 05:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Sandra Jean directrice des rédactions

L'icône du mouvement pour le climat, Greta Thunberg, est considérée comme un modèle pour de nombreux jeunes mobilisés. A savoir des preuves que le monde prend les mesures nécessaires pour limiter le réchauffement à un maximum de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, comme prévu par l'Accord de Paris.

Invité de Ruth Elkrief sur BFMTV jeudi, le ministre de l'Éducation nationale Jean Michel Blanquer a estimé que ce n'était pas à lui " d'encourager à ne pas aller en cours", assurant voir ce mouvement avec " sympathie". Un message qui a été entendu, puisque samedi 16 mars, trois grandes manifestations vont converger.

Désormais, des milliers d'étudiants du monde entier suivent son exemple et manifestent chaque vendredi. "Si un rassemblement se fait, tous unis, jeunes, vieux, ça peut peut-être avoir un impact", espère Odile, qui a "connu Mai 68" avec ses rapprochements entre étudiants et ouvriers.

À Varsovie, c'est au ministère de l'Énergie qu'a fini la marche d'environ 2000 jeunes protestataires. Les jeunes ont scandé ou chanté des slogans comme "On n'est plus chauds que le climat","La pollution monte, le monde tombe" ou encore "On n'a pas de planète B!". À Montpellier, environ 5 500 jeunes ont défilé. "J'aime mon pays, on l'appelle la perle de l'Afrique, mais elle est en train d'être détruite ".

Greta Thunberg, qui s'est fait connaître en brandissant seule tous les vendredis depuis l'été une pancarte "grève de l'école pour le climat " devant le Parlement de Stockholm, a relayé sur Twitter des images de manifestations en Australie, au Japon, ou encore, plus modestes, aux Philippines et au Vanuatu. Peu à peu, l'action a fait tache d'huile dans plusieurs pays, des milliers de jeunes gens descendant dans la rue, en Belgique ou en Allemagne. "Nous venons de naître au monde, cette crise nous allons devoir vivre avec, et nos enfants et nos petits-enfants et les générations futures".

En Nouvelle-Zélande, l'initiative des jeunes n'a pas été du goût de certains enseignants et politiques. Pour Chloé, "c'est une manifestation pour l'écologie mais aussi les droits des étudiants" et contre Parcoursup.

A l'inverse, les jeunes manifestants néo-zélandais avaient reçu le soutien de leur Première ministre, Jacinda Ardern. "Ne sous-estimez pas le pouvoir de votre voix", avait dit la travailliste de 38 ans à des étudiants cette semaine au Parlement.

A Paris, plusieurs dizaines de jeunes bloquaient vendredi matin l'entrée du siège d'une banque, la Société générale, dénonçant ses financements nocifs au climat, avant une manifestation attendue dans l'après-midi. "Nous ne l'accepterons pas", a-t-elle prévenu, alors que les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent à grimper, plaçant la planète sur une trajectoire de plus de 3 °C aux conséquences catastrophiques.

Recommande: