Photos. "Gilets jaunes" à Paris: Le Fouquet's incendié après avoir été saccagé

17 Mars, 2019, 06:21 | Auteur: Sue Barrett
  • Gilets jaunes un acte 18 marqué par un regain de violence à Paris

Le Premier ministre s'exprimait en bas des Champs-Elysées tandis que de nouvelles violences éclataient et que plusieurs commerces étaient incendiés, vandalisés, ou pillés, dans le haut de l'avenue touristique.

Dans l'après-midi, ils ont mis le feu à plusieurs enseignes, notamment celle du restaurant Fouquet's, avant une intervention des forces de l'ordre qui a ramené un calme relatif. Préparées, les forces de l'ordre ont toutefois semblé être un peu dépassées par les événements.

"Ce que nous voyons aujourd'hui doit laisser à penser à tous ceux qui excusent ou qui encouragent les actes que je dénonçais, en les excusant, en les encourageant, ils s'en rendent complices", a déclaré le chef du gouvernement venu apporter sur la grande avenue "son plus grand soutien" aux forces de l'ordre.

"Des professionnels de la casse et du désordre équipés et masqués ont infiltré les cortèges", a dénoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui a promis "la plus grande fermeté". Emmanuel Macron a déclaré qu'il voulait "dans les meilleurs délais des décisions fortes, complémentaires pour que cela n'advienne plus ".

Des casseurs ont pillé samedi des boutiques sur les Champs-Elysées lors de l'acte 18 de la mobilisation des "gilets jaunes", marqué par un regain de violence, a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon les chiffres officiels, contestés par les "gilets jaunes", ils étaient 28.600 manifestants en France samedi dernier, soit dix fois moins qu'au début du mouvement. Et 30 personnes placées en garde à vue, a annoncé le parquet de Paris.

"Après cette journée, en tout cas pour moi, ça sera fini les manifestations, ça sera de vraies actions pour la suite", a indiqué le chauffeur routier de Seine-et-Marne.

Espérant un "regain de mobilisation", cette journée d'action avait été annoncée comme cruciale après plusieurs semaines en demi-teinte. Sur les réseaux sociaux, un même objectif affiché: "faire le siège de l'Elysée", la résidence d'Emmanuel Macron, parti en week-end de ski dans les Pyrénées pour se "ressourcer".

Un autre groupe s'est rendu dans le quartier des Halles, où le Forum (vaste centre commercial) a été fermé, et une voiture de police incendiée devant le commissariat.

De son côté, la porte-parole de la gendarmerie nationale, Maddy Scheurer a lancé un appel aux "gilets jaunes " pacifiques, leur expliquant qu'il était "important de quitter les lieux pour ne pas s'exposer physiquement à un usage de la force par les forces de l'ordre qui seraient prises à partie ". À Paris le député insoumis de la Somme François Ruffin a plaidé pour une "jonction" entre "gilets jaunes" et défenseurs de l'environnement. Un grand débat qui conserve néanmoins des airs de grande mascarade pour beaucoup de Gilets jaunes.

Recommande: