Des magasins pillés et incendiés sur les Champs-Elysées — "Gilets jaunes"

17 Mars, 2019, 12:58 | Auteur: Lynn Cook
  • Gilets jaunes: un acte 18 marqué par un regain de violence à Paris

82 personnes ont été interpellées, selon un bilan communiqué à 13 h 30 par la préfecture. "Une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage", relatent les pompiers.

Des manifestants, pour beaucoup vêtus de noir, capuche sur la tête, ont lancé des pavés sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène et des canons à eau pour les tenir à distance. Plusieurs commerces ont été visées par des pillages et des tentatives d'incendie sur les Champs-Elysées.

Emmanuel Macron a affirmé ce samedi 16 mars au soir vouloir prendre "des décisions fortes, complémentaires" pour que les violences qui ont émaillé l'acte 18 des gilets jaunes à Paris "n'adviennent plus".

Il se rendra vers 22H30 à la cellule de crise au ministère de l'Intérieur à Beauvau.

Parmi les "7.000 à 8.000 manifestants", "plus de 1.500 ultra-violents qui sont venus pour casser, pour en découdre, pour attaquer", dénonce le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Sur les Champs-Elysées, un touriste japonais photographie sa petite amie.

Selon un bilan provisoire, l'incendie a fait 11 blessés légers. Le parquet de Paris a fait état de 106 personnes en garde à vue à 19H00. Le mouvement des Gilets jaunes, inédit par sa longévité, n'est pas sans conséquence pour les forces de l'ordre, souligne le CRS Grégory Joron: " On a tendance à oublier qu'il y a quatre mois, avant les Gilets jaunes, les seules manifestations minées par la violence, les ultras et les Blacks blocs, c'était le 1mai et la loi travail.

Gilets jaunes: un acte 18 marqué par un regain de violence à Paris
Acte 18: quand Paris bascule de nouveau dans la violence

Emmanuel Macron a ainsi décidé de quitter la station de ski de La Mongie où il passait le week-end pour rentrer à Paris dans la soirée, après le regain de violence observé. Le gouvernement lui, n'a pas fait dans le détail, appelant le préfet de police à répondre "avec la plus grande fermeté" à tous ces agissements.

Eric Drouet, l'une des figures du mouvement, avait invité dans une vidéo les sympathisants à converger vers la capitale: "On attend les Toulousains avec impatience, les Bordelais, les Marseillais, les Rouennais.", évoquant même le renfort de sympathisants d'Italie, Belgique, Pays-Bas, Pologne.

Si les Champs-Elysées étaient l'épicentre de la manifestation, un groupe de manifestants a remonté les grands boulevards vers la place de la République en fin d'après-midi, incendiant poubelles et scooters.

Une banque a complètement brûlé dans un autre incendie.

Quelque 5 000 membres des forces de l'ordre et six blindés de la gendarmerie avaient été déployés dans la capitale par crainte d'affrontements. A Paris le député insoumis de la Somme François Ruffin a plaidé pour une "jonction" entre "gilets jaunes" et défenseurs de l'environnement.

Au total, 32.300 personnes se sont mobilisées dans toute la France, dont 10.000 à Paris, selon l'Intérieur, mais 230.766 selon le décompte des Gilets jaunes posté sur Facebook. A Toulouse, autre place forte des "gilets jaunes", plusieurs milliers de personnes ont défilé avec des heurts sporadiques aux forces de l'ordre.

Recommande: