66 morts dans les inondations, le cyclone Idai en vue — Mozambique

17 Mars, 2019, 08:28 | Auteur: Lynn Cook
  • Une équipe des Pompiers de l'Urgence Internationale à Djibouti en 2017

Face à cette urgence, les agences humanitaires onusiennes ont déjà mené des évaluations pour déterminer l'étendue des dégâts causés par les inondations et les besoins d'aide prioritaires.

Au moins 21 personnes ont trouvé la mort, dont 13 dans la seule ville de Beira, selon le bilan encore très provisoire livré samedi par les autorités locales.

"Nous n'avons plus aucune communication avec Beira", a déclaré un responsable de l'Institut national de gestion des catastrophes (DMNI).

Depuis le début du mois mars, un système dépressionnaire associé au cyclone Idai s'est signalé dans l'est de l'Afrique menaçant principalement le Mozambique et le Malawi.

Le Programme alimentaire mondiale (PAM) de l'ONU a annoncé vendredi l'envoi de 20 tonnes de rations d'urgence et d'un hélicoptère lourd pour venir en aide aux sinistrés. Le sud du Malawi a été placé en alerte rouge par le gouvernement.

C'est la deuxième fois qu'Idai s'abat sur le pays. Le Mozambique a ainsi été noyé sous des pluies torrentielles dans le centre et le nord.

Près de 17 100 personnes auraient été déplacées dans les provinces de Zambézie, Tete et Niassa, qui abritent 15 centres de transit et près de 12 500 maisons qui, selon les informations obtenues, ont été détruites.

Météo France, qui surveille les territoires français dans l'océan Indien, a déclaré que Idai était "un cyclone tropical extrêmement dangereux", avec une onde de tempête "mortelle" d'au moins quatre mètres le long de la côte et de six mètres près de l'embouchure de la rivière Pungwe, à Beira. "Son passage a encore aggravé leurs souffrances", a souligné Marcoluigi Corsi, le représentant de l'Unicef au Mozambique.

Les inondations ont également provoqué ces derniers jours trente morts et laissé plus de 230'000 personnes sans abri dans le sud du Malawi voisin, selon les autorités locales.

Les autorités malawiennes ont monté à la hâte près de 200 camps pour accueillir les sinistrés, qui y vivent dans des conditions précaires à la merci du paludisme.

Le Mozambique, subit régulièrement le passage de cyclones qui provoquent des inondations massives comme en 2015 où les crues avaient causé la mort de 800 personnes et en 2000 et de plus de cent. Privée d'une partie de la production d'électricité mozambicaine, l'Afrique du Sud voisine a été contrainte samedi de procéder à des délestages massifs dans tout le pays.

Recommande: