Syrie: La France a rapatrié plusieurs enfants de djihadistes ce vendredi

16 Mars, 2019, 00:25 | Auteur: Lynn Cook
  • Syrie: La France a rapatrié plusieurs enfants de djihadistes ce vendredi

"Les autorités françaises ont rapatrié vendredi " plusieurs " enfants de jihadistes, " orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie ", a annoncé le ministère des Affaires étrangères".

Le quai d'Orsay explique que ces enfants ont été "remis aux autorités judiciaires" et qu'ils font "l'objet d'un suivi médical et psychologique particulier". L'opération n'a concerné cependant que les tout-petits enfants. "Nous sommes dans un pays, la Syrie, avec une certaine désorganisation".

L'opération d'exfiltration de ces enfants, compliquée par une mauvaise météo sur place, a été accomplie avec l'aide des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des autorités politiques de la région autonome tenue par les Kurdes dans le nord de la Syrie. Trois enfants ont déjà été ramenés d'Irak avec l'accord de leur mère française, Mélina Boughedir, condamnée en juin 2018 à Bagdad à la perpétuité pour avoir rejoint l'EI. Ils sont rentrés à bord d'un avion de l'armée de l'air française.

Le 28 février, des familles d'enfants se trouvant en Syrie ont déposé une plainte devant le Comité des droits de l'enfant des Nations unies afin de contraindre la France à offrir sa protection à ces mineurs venus avec leurs parents djihadistes ou nés sur place. "Pour ce qui est des enfants, c'est une approche au cas par cas qui est menée, en particulier en lien avec la Croix-Rouge internationale". "C'est une approche humanitaire qui est suivie et avec beaucoup de vigilance", a-t-il déclaré depuis Nairobi.

À Baghouz en Syrie, dernier bastion de Daesh.

Les initiatives se sont récemment multipliées en faveur des enfants de jihadistes, dont nul ne connaît avec certitude le nombre.

Le ministère a par ailleurs remercié les Forces démocratiques syriennes, une coalition de groupes armés kurdes, "de leur coopération, qui a rendu possible cette issue". Ainsi en début de semaine, deux avocats Marie Dosé et Henri Leclerc ont lancé une pétition en ce sens signée par plusieurs personnalités.

"Les enfants sont dans la majorité des cas détenus avec leurs parents, en tout cas avec leur mère".

Lydie Maninchedda, la grand-mère, avait écrit à Emmanuel Macron, demandant au président de la République de rapatrier ses petits-enfants en urgence.

Car Paris reste inflexible au sujet des adultes: "Ils doivent être jugés sur le territoire où ils ont commis leurs crimes", a souligné le ministère, invoquant "une question de justice et de sécurité à la fois".

Recommande: