Prison et coups de fouet pour une avocate — Iran

15 Mars, 2019, 17:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Nasrin Sotoudeh

Cette décision digne du théâtre de l'absurde est encore plus ahurissante...qu'elle intervient au lendemain d'un verdict particulièrement lourd prononcé par un tribunal iranien à l'encontre de l'avocate des droits de femmes Nasrin Sotoudeh: 148 coups de fouets, et un prolongement de peine de prison qui a été désormais fixé à trente-huit 38 ans de réclusion dont onze années fermes! En l'occurence, la condamnation de dix ans de prison pour "incitation à la débauche". Mais d'après M. Khandan, "seule la peine [d'emprisonnement] la plus longue s'applique", en l'occurrence celle pour "incitation à la débauche".

Nasrin Sotoudeh purgeait déjà une peine de cinq ans d'emprisonnement pour "espionnage". L'avocate de 55 ans a été condamnée au total à 33 nouvelles années de prison.

Lundi, l'agence de presse iranienne Isna avait cité un juge du tribunal révolutionnaire de Téhéran selon qui Nasrin Sotoudeh avait été condamnée à un total de sept années de prison pour conspiration contre le système et "pour avoir insulté le guide" suprême iranien.

Interrogé, M. Khandan a déclaré ne pas savoir à quoi le juge faisait référence, son épouse n'étant pas, à sa connaissance, poursuivie pour insulte à l'ayatollah Ali Khamenei.

Récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, Nasrin Sotoudeh a passé trois ans en prison (2010-2013) après avoir défendu des opposants arrêtés lors de manifestations en 2009. La militante féministe s'est aussi rendue célèbre en défendant plusieurs femmes arrêtées entre décembre 2017 et janvier 2018 pour avoir enlevé leur foulard en public.

"Le rapporteur spécial sur la situation des droits de la personne en Iran, Javaid Rehman, a fait état mardi d'une " inquiétude grandissante " sur le fait que " l'espace civil pour les avocats et défenseurs des droits de la personne est en train d'être réduit ".

J'appelle le gouvernement à relâcher immédiatement tous les avocats emprisonnés pour avoir exercé leur métier de façon pacifique.

L'ONG Amnesty International a qualifié cette nouvelle condamnation de Nasrin Sotoudeh "d'injustice scandaleuse" et a accusé les autorités iraniennes de " la punir son action en faveur des droits humains".

Depuis l'annonce, ce mardi 12 mars, de la nouvelle sanction infligée par la justice iranienne à l'avocate Nasrin Sotoudeh, connue pour avoir notamment défendu des femmes ayant retiré leur voile, les réactions indignées se multiplient. La vice-présidente de la Commission européenne chargée des Affaires étrangères, Federica Mogherini, a quant à elle demandé le "réexamen immédiat" de la condamnation de Nasrin Sotoudeh. À travers un communiqué, la France a appelé l'Iran à "respecter ses engagements internationaux" en matière de "liberté d'opinion, d'expression et du droit de chacun à un procès équitable".

Recommande: