Brexit: les députés britanniques rejettent une sortie sans accord

14 Mars, 2019, 08:26 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le coup de pouce des Brexiters aux partisans d'un maintien dans l'UE

La dirigeante conservatrice s'exprimait après la publication de l'avis légal de l'attorney général du gouvernement, Geoffrey Cox, sur les changements qu'elle a obtenus auprès de l'UE lundi soir à l'accord de Brexit. La "seule route de sortie sûre", selon l'ancien ministre des Affaires étrangères du Royaume. C'est à cet instant que la Chambre des communes est tombée dans une autre dimension, difficile à saisir pour les non-habitués des contorsions parlementaires britanniques, mais aussi pour les spécialistes.

Le Traité de retrait de l'UE, conçu pour permettre une sortie en douceur du Royaume-Uni de l'Union européenne, a été largement recalé par 391 voix contre 242. Problème: l'initiative vient essentiellement de l'opposition travailliste, surtout depuis que Jeremy Corbyn a indiqué être prêt à soutenir cette motion. Mais l'Union européenne a déjà fait "tout ce qu'elle a pu", a souligné le négociateur de l'UE pour le Brexit Michel Barnier. Veut-elle organiser un deuxième référendum?

Le président du Parlement, John Bercow, a annoncé par la suite que le gouvernement entend soumettre son projet d'accord au vote pour une troisième fois le 20 mars.

Les députés ont approuvé par un vote de 321 voix contre 278 une motion amendée demandant spécifiquement au gouvernement d'exclure une sortie de l'UE sans accord.

Déterminée à défendre ce texte jusqu'au bout, elle avait pris la parole dans l'après-midi devant les députés en les mettant en garde contre les conséquences d'un rejet. Son appel n'a pas convaincu. "Ceci vaut notamment pour le backstop, qui vise à garantir l'absence de frontière physique en Irlande tout en préservant l'intégrité du marché unique".

Le rejet de l'accord a ravi des europhiles rassemblés devant le Parlement de Westminster et militant pour l'organisation d'un nouveau référendum.

Face à l'hostilité manifestée par le reste des représentants anglais, il semble très peu probable que cette option soit volontairement choisie par la Chambre des communes lors du vote de ce soir, bien que la possibilité d'un no deal accidentel ne soit pas écartée. "S'il y a une solution à l'impasse actuelle, elle peut seulement être trouvée à Londres", a déclaré le porte-parole, Preben Aamann, ajoutant que l'UE allait continuer ses "préparatifs" pour un Brexit sans accord. " C'est cette question-là qui se pose avant même celle d'une décision sur une éventuelle extension", a-t-il ajouté.

Les rassemblements populaires organisés le jour du vote devant le Parlement ont également été le théâtre de cette situation contradictoire, chaque camp se réjouissant de la défaite de l'accord - mais pour des raisons opposées.

Une prise de position qui a immédiatement déclenché un déluge de commentaires assassins sur les réseaux sociaux, signe des passions que suscitent le Brexit au Royaume-Uni: "traître", "vendu", "bas de plafond", peut-on lire parmi d'autres amabilités postées sur Twitter.

Ce mercredi, un groupe de députés devrait mettre sur la table un plan alternatif prévoyant de repousser le Brexit jusqu'au 22 mai, avec une série d'accords provisoires avec l'UE jusqu'en 2021.

Recommande: