Brexit : les députés britanniques disent ne pas vouloir de no-deal

14 Mars, 2019, 20:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Nouveau revers pour Theresa May à propos du Brexit le parlement britannique exclut un no-deal

Face aux divisions flagrantes de son gouvernement et son parti, Mme May a décidé de ne donner aucune consigne aux élus de son parti pour le vote qui aura lieu vers 19H00 GMT. Le vote, hier soir, les députés britanniques contre l'option d'une sortie abrupte de l'UE dès le 29 mars a totalement rassuré les investisseurs.

Selon l'Office des statistiques nationales (ONS), 285 personnes ont été tuées par arme blanche entre avril 2017 et mars 2018 en Angleterre et au Pays de Galles, soit un record depuis 1946. Ce vote ouvre la voie à une demande de report de la sortie de l'UE.

Mais pour l'ancien conseiller de Theresa May, Nick Timothy "son accord est mort".

"Avec cette décision, nous nous rapprochons de plus en plus d'un scénario sans accord", a réagi mardi soir le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, reprochant au Royaume-Uni de "jouer négligemment avec le bien-être des citoyennes et citoyens et de l'économie".

De plus, un report plus long supposerait "un changement majeur" au Royaume-Uni, "comme de nouvelles élections, l'organisation d'un nouveau référendum ou la révocation de l'article 50", a-t-il ajouté. Organiser un deuxième référendum?

Au lendemain du nouveau rejet à la Chambre des communes du plan de Brexit présenté par Londres et Bruxelles, les députés britanniques ont décidé d'appeler le gouvernement à exclure la piste d'un Brexit sans accord. "Le quotidien gratuit indique qu'" une sortie sans accord, un nouvel accord, ou un report du Brexit sont toujours sur la table ".

Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Union européenne, a déclaré attendre un "choix" clair du Royaume-Uni sur le type de relation post-Brexit qu'il veut bâtir avec l'UE. Ce ne peut être pour renégocier un accord que nous avons négocié durant de nombreux mois et dont nous avons dit qu'il n'était pas renégociable.

Après le vote, Theresa May a prévenu les députés qu'une absence d'accord de divorce pourrait nécessiter un report de longue durée du Brexit. L'Union européenne serait "prête à envisager " l'octroi d'un délai si le Royaume-Uni présentait une requête "motivée ", a fait savoir la Commission européenne. Hagarde, la première ministre était sans voix au sortir du vote.

Les principaux reproches formulés par les députés contre l'accord portent sur le "backstop" ("filet de sécurité"), un dispositif de dernier recours qui vise à éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande afin de préserver les accords de paix de 1998 et l'intégrité du marché unique européen.

Ce "filet de sécurité" est devenu le principal point d'achoppement des négociations, une partie de la classe politique britannique y voyant un "piège" pour maintenir leur pays arrimé indéfiniment à l'UE.

Recommande: