Guaido appelle à de nouvelles manifestations demain — Venezuela

12 Mars, 2019, 01:28 | Auteur: Aubrey Nash
  • Une famille pendant la panne d'électricité à Puerto Ordaz au Venezuela le 9 mars 2019

La crise politique au Venezuela s'est aggravée quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "président en exercice du pays" et a prêté serment au cours d'une manifestation à Caracas.

"Il n'y a pas d'eau, pas de lumière, rien à manger, on n'en peut plus", s'est plaint Jorge Lugo, venu du quartier de Santa Monica, au sud-est de la ville, en brandissant un drapeau.

Ils vont essayer de nous faire peur, mais ils vont avoir une surprise: ils n'arriveront pas à contenir un peuple décidé à en finir avec l'usurpation. "Cela a annulé tout ce que nous avions réalisé", a expliqué Nicolas Maduro samedi devant des milliers de partisans réunis à Caracas.

Dans la nuit, des députés de l'opposition ont dénoncé l'arrestation de trois de leurs collaborateurs qui étaient en train de construire une estrade.

S'exprimant à l'occasion d'un rassemblement de ses partisans à Caracas, le président vénézuélien a souligné que "les extrémistes de droite de l'opposition sont les auteurs et les exécuteurs de ces attaques contre le pays".

Au-delà du Venezuela, cette coupure de courant affecte aussi l'Etat frontalier brésilien de Roraima (nord) et ses plus de 500.000 habitants, également alimentés par la centrale vénézuélienne. "L'état d'alerte est décrété sur tout le territoire national (.) en raison de la situation calamiteuse dans le pays due à l'interruption de l'électricité", stipule le décret soumis par Juan Guaido, qui fait appel à la "coopération internationale" pour sortir le pays de l'ornière.

Les télécommunications, entièrement coupées - internet et réseaux cellulaires - commencent à se rétablir mais le métro de la capitale, qui transporte chaque jour près de deux millions de personnes, reste fermé.

La panne paralyse la plupart des établissement hospitaliers qui ne disposent pas de générateurs.

Grâce aux actions entreprises vendredi par son gouvernement, le Venezuela a pu "avancer dans un processus de rétablissement continu", qui avait restauré l'électricité dans 70% du pays, a indiqué le président.

Cette panne a soumis l'économie du Venezuela, déjà très fragile, à de nouvelles tensions. Certains commerces ont également repris leur activité, les transactions électroniques étant en partie rétablies. Mais toutes ont été suspendues dès jeudi soir.

M. Guaido a aussi enjoint à la population de descendre dans les rues "parce que ce régime laisse mourir les Vénézuéliens" et a appelé les forces armées à cesser "de couvrir le dictateur" Nicolas Maduro.

Les autorités vénézuéliennes ne fournissent jamais de statistiques concernant les manifestations.

Dans un communiqué, 11 des 14 pays du Groupe de Lima ont rendu "le gouvernement illégitime de Maduro exclusivement responsable de l'effondrement du système électrique vénézuélien".

Le ministre de la Défense Vladimir Padrino a qualifié cette panne d'"agression délibérée" des Etats-Unis et a annoncé un "déploiement" de l'armée sans plus de détails, lors d'une déclaration sur la télévision d'Etat VTV.

"M. Maduro accuse Washington depuis jeudi".

La journée de travail et les cours ont été suspendus "afin de faciliter la remise en service de (la distribution de) l'électricité dans le pays, victime de la guerre impérialiste sur l'électricité", a écrit sur Twitter la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez.

Recommande: