Peut-on faire confiance à Facebook pour protéger notre vie privée ?

11 Mars, 2019, 00:37 | Auteur: Aubrey Nash
  • Mark Zuckerberg veut recentrer Facebook sur les échanges privés

Même "si nous n'avons pas actuellement une bonne réputation quant à notre capacité de construire des services protecteurs de la vie privée (.), nous pouvons évoluer pour construire les services que veulent vraiment les gens", assure Mark Zuckerberg, maniant l'art de la litote. C'est en tout cas ce qu'a affirmé mercredi soir le fondateur et CEO du réseau social Mark Zuckerberg dans une longue publication sur sa page Facebook qui décrit ses nouveaux principes pour les années à venir.

Collins, président du Parti conservateur, préside la commission du numérique, de la culture, des médias et des sports du Royaume-Uni, qui a récemment mené une enquête de 18 mois sur Facebook et d'autres entreprises de médias sociaux pour leur rôle dans la diffusion de "fausses nouvelles".et la désinformation est terminée. L'enfant terrible de la Silicon Valley souhaite "sécuriser" les conversations des internautes en déployant le chiffrement de bout en bout, technique qui consiste à crypter le contenu des messages grâce à une clé (un code) et le rendre supposément indéchiffrable pour quiconque - y compris Facebook.

Facebook a dans le passé fait plusieurs promesses liées à la vie privée, avant de les briser.

Facebook est de loin le premier réseau social du monde, avec 2,3 milliards d'utilisateurs actifs dans le monde. L'idée est de donner aux gens plus de contrôle sur leurs messages privés et la durée de leur stockage, et de réduire la permanence du contenu que les gens partagent. En 2014, le réseau social avait annoncé vouloir déployer une connexion anonyme, permettant de tester les applications du groupe sans avoir à partager de données. David Wehner, directeur financier chez Facebook, a confirmé au Wall Street Journal que la fonction verrait le jour "cette année", mais aurait un impact sur les finances du groupe. De nombreuses mesures sont énoncées: interactions privées, cryptage, sécurité, stockage... le chantier semble vaste et large et assez éparpillé, nous verrons...

Néanmoins, l'existence de ce tunnel secret installé dans les bureaux de Facebook n'a évidemment pas été confirmée par la société américaine, si bien que l'on ne sait pas avec certitude si Zuckerberg a droit à sa propre Zuckcave ou s'il s'agit simplement d'un mythe. Refuser de stocker les données dans des pays peu scrupuleux de la vie privée lui fermerait les portes de gigantesques marchés, comme la Russie, Vietnam ou la Chine qui exigent des entreprises étrangères qu'elles stockent localement leurs données. Cette monnaie pourrait être utilisée entre les utilisateurs des différentes entreprise du groupe, notamment via les messageries (Messenger, WhatsApp et Instagram dont le rôle marchand est en plein essor).

Recommande: