La Banque centrale européenne ajourne la hausse de ses taux directeurs

09 Mars, 2019, 22:46 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le siège de la Banque centrale européenne, le 24 janvier 2019 à Francfort en Allemagne

Taux inchangés, "data observing policy " et examen du "potentiel " du lancement de nouveaux TLTRO, ces prêts bonifiés dont elle a fait l'usage par le passé pour doper les crédits bancaires, seront très probablement au menu des annonces de Mario Draghi, son président. "Le bénéfice opérationnel par action a augmenté de 7% à 58,4 pence".

Les investisseurs ont repoussé de six mois leurs anticipations d'une hausse des taux au sein de la zone euro et l'attendent désormais pour la fin 2020, la Banque centrale européenne (BCE) ayant la veille décidé de repousser une première hausse de ses taux directeurs post-crise.

A Paris, Elis recule de 5,59% à 13,33 euros, après des perspectives jugées décevantes. La marge d'Ebitda est de 31,5%, soit +90 points de base. Sur l'ensemble de l'année, le spécialiste de la publicité urbaine a affiché un résultat net part du groupe en hausse de 13,5% 219,9 millions d'euros, impacté par une variation favorable de l'impôt sur les sociétés en raison du changement du taux d'impôt fédéral aux Etats-Unis, mais aussi par une diminution de frais financiers. La production horaire a diminué de 0,4 % par rapport à l'année précédente au dernier trimestre de 2018, soit le plus fort taux de contraction depuis 2009. Jusqu'à présent, elle a gardé le cap d'un objectif d'inflation de la zone euro "en dessous mais proche de 2 %", malgré un ralentissement de l'IPCH en décembre à 1,6 %, après 1,9 % en novembre.

La décision de la BCE est attendue à 12h45 GMT jeudi et la conférence de presse de Mario Draghi débute à 13h30 GMT.

Le ciel boursier s'assombrit à nouveau. surtout du côté de Wall Street avec un Dow Jones ou un Nasdaq qui décrochent de -1,2%!Plus spectaculaire encore, l'indice 'DJT' (le Dow Jones Transportation Average) aligne une 10ème séance de baisse consécutive, avec un écart sévère de -1,1%à 10.

La productivité américaine au quatrième trimestre a progressé de 1,9% contre un consensus de +1,7%.

2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF.

La zone euro n'est pas la seule à se plaindre.

C'est rassurant puisque certains professionnels doutaient: 'il n'est pas certain que la BCE assouplisse sa politique monétaire actuelle en usant de TLTRO (.) supplémentaires qui fourniraient aux banques un financement bon marché', prévient les équipes de gestion d'Ethenea Independent Investors.'Bien que la croissance économique ait nettement ralenti, les indicateurs économiques récents ont montré une activité d'une vigueur surprenante dans le secteur des services de la zone euro', ajoute le gestionnaire d'actifs.'La BCE pourrait donc s'abstenir de prendre des mesures immédiates et attendre des données supplémentaires', avertissait Ethenea. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Recommande: