Vaccin contre la rougeole, aucun lien avec l'autisme

08 Mars, 2019, 08:23 | Auteur: Jonathan Ford
  • Image d'illustration

Le lien hypothétique entre vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole) et autisme continue de susciter l'inquiétude de nombreuses personnes.

L'étude, publiée dans les Annales de Médecine interne aux États-Unis, a pris en compte les données de l'ensemble des enfants danois nés de 1999 à 2010, suivis jusqu'en 2013.

L'étude a par ailleurs permis de réaffirmer le risque familial, puisque les enfants ayant un frère ou une sœur autiste étaient sept fois plus susceptibles de recevoir ce même diagnostic que les enfants sans antécédents familiaux. Résultat: aucune différence. Ils n'ont pas trouvé davantage d'enfants présentant des troubles autistiques parmi ceux ayant été vaccinés. En 2017, l'Inserm rappelait déjà face à la popularité croissante de la thèse inverse: "Il existe des preuves scientifiques très fortes de l'absence de lien entre la vaccination contre la rougeole -ou les vaccins rougeole-oreillons-rubéole (ROR) - et les maladies inflammatoires de l'intestin ou l'autisme".

"L'étude soutient fortement le fait que le vaccin n'augmente pas le risque d'autisme, ne déclenche pas l'autisme chez les enfants (ayant des facteurs de risque, ndlr), et n'est pas associé avec un regroupement de cas d'autisme après la vaccination", écrivent les scientifiques.

Ils soulignent que leurs travaux renforcent notamment une étude de 2002 portant sur 537'000 enfants danois.

Les centaines de milliers d'enfants ainsi étudiés, sur des années, sont à comparer à la petite étude de 1998 souvent citée par les anti-vaccins comme montrant un lien entre MMR et autisme, et qui ne portait que sur 12 enfants.

En tout, 95 % des enfants participant à cette étude ont reçu le vaccin ROR. Cette recherche a été rétractée par la revue médicale qui l'avait publiée.

"Donald Trump a lui aussi relayé ces allégations durant sa campagne de 2016". Or, cette dernière est de90 % avec une dose de vaccin, mais elle tombe à un peu moins de 79 % pour deux doses.

Le mois dernier, l'OMS a classé " l'hésitation à l'égard du vaccin " parmi les 10 principales menaces pour la santé mondiale les plus pressantes en 2019.

Recommande: