Emmanuel Macron pris à partie par une femme "gilet jaune" — Gironde

01 Mars, 2019, 09:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Invité surprise d'un débat en Gironde Macron pris à partie par une femme

"Je ne suis pas le personnage qu'on a voulu caricaturer", a soutenu le chef de l'Etat, jeudi 28 février, lors d'un déplacement à Bordeaux dans le cadre du grand débat national.

"Je suis Gilet jaune, monsieur Macron, et j'ai envie que vous le soyez", a-t-elle déclaré, en tentant de le passer au cou du Président.

Le 16 septembre à l'Elysée, lors des Journées du patrimoine, le chef de l'État avait affirmé à un jeune chômeur que "si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, les cafés et la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens. Je suis le président de toutes les Françaises et de tous les Français, mais j'ai le droit de ne pas mettre un collier "gilet jaune", j'ai le droit de ne pas porter un gilet jaune", a répondu en souriant Emmanuel Macron alors que son interlocutrice lui demandait de prouver par ce geste qu'il était à l'écoute du mouvement lancé le 17 novembre dernier. "Et c'est vrai. Donc je n'ai pas dit pour toutes les rues de France et de Navarre, je connais suffisamment bien le pays pour que ça ne soit pas le cas", a encore développé le président de la République.

Le chef de l'État s'est par ailleurs rendu, toujours sans être annoncé et accompagné notamment de Marlène Schiappa et de Sébastien Lecornu, dans un centre social de Bordeaux qui aide les projets professionnels des parents isolés en difficultés, l'un des problèmes identifiés par le grand débat. Dans une ambiance détendue, plusieurs femmes se sont succédé pour raconter leur quotidien et comment la formation les avait aidées. Le président de la République a notamment proposé "des mécanismes de garantie" des paiements de pensions alimentaires non-honorés.

Emmanuel Macron a toutefois expliqué qu'il allait le prendre, mais pas le mettre.

Recommande: