Agnès Buzyn annonce une hausse des tarifs hospitaliers

27 Février, 2019, 15:38 | Auteur: Jonathan Ford
  • La ministre de la Santé Agnès Buzyn

Agnès Buzyn, a annoncé, mardi, une progression de 0,5 % des tarifs hospitaliers en 2019.

Est-ce un geste "historique" comme le dit la ministre de la Santé? Ce qui ne signifie pas une hausse des frais pour les personnes hospitalisées. Une situation qui "a évidemment mis énormément de pression sur leur personnel, sur leur capacité d'investissement, sur leur capacité d'achat de matériel", a reconnu la ministre sur RTL.

" Au total cette année, l'hôpital verra son budget passer de 80 à 82 milliards d'euros", a encore indiqué la ministre de la Santé. Dans le détail, cela se traduira par une évolution des tarifs hospitaliers de 0,2 %. "C'est la première étape vers un nouveau modèle de financement privilégiant davantage la qualité", note le ministère.

Selon Agnès Buzyn, cette décision va permettre aux départements de médecine, chirurgie et obstétrique d'obtenir 250 millions d'euros supplémentaires par an, tandis que la psychiatrie en récupérera 100 millions de plus.

" Nous faisons un effort considérable où nous mettons la pression sur les prix des médicaments", a-t-elle expliqué". "Les industriels ne sont pas contents, mais ça nous permet de dégager des marges de manœuvre pour les hôpitaux".

Mais l'activité s'est ralentie, ont fait valoir l'ensemble des fédérations hospitalières (FHF, FHP, FEHAP, Unicancer), qui réclamaient depuis novembre une hausse des tarifs de 1 %.

Une bouffée d'oxygène pour des hôpitaux étranglés financièrement.

La hausse annoncée marque "surtout la fin d'une mécanique délétère" avec laquelle "chaque acte valant moins cher à l'hôpital", il faut, pour préserver les budgets, "qu'il y ait beaucoup plus de malades ou faire beaucoup plus d'actes". L'augmentation des tarifs va permettre également de " commencer cette transformation du système de santé en réorganisant la médecine de ville et en permettant aux hôpitaux de se restructurer", a ajouté Agnès Buzyn. Le projet de loi ad hoc sera débattu en mars au Parlement.

Recommande: