Fichage des auditeurs: la CNIL fusille la radio Europe 1

26 Février, 2019, 04:06 | Auteur: Sue Barrett
  • Europe1 a fiché ses auditeurs pendant près de 20 ans

"Mediapart révèle un rapport de la Cnil mettant au jour, en 2017, des pratiques honteuses de fichage des auditeurs d'Europe 1. Et de s'assurer qu'il n'y a pas d'agressivité avant le passage à l'antenne par exemple, savoir si une personne s'exprime de manière compréhensible, si sa ligne téléphonique est bonne", a expliqué à Mediapart l'un de ces téléopérateurs de radio. D'autres remarques visent l'orientation sexuelle ou l'origine des personnes concernées, par des tournures douteuses: "accent juif tunisien, insistant et désagréable", "accent du Maghreb, pas toujours claire, bavarde, a besoin de parler de son cancer", "il est homo", ou encore "ancien hétéro, qui est devenu homo".

Mediapart rappelle également qu'il est interdit par la loi sous peine d'amendes pouvant atteindre 1,5 million d'euros de recueillir sans consentement des données à caractère personnel relatives à la santé ou à l'orientation sexuelle, aux origines raciales ou ethniques, ou aux appartenances religieuses. La Cnil a en effet noté que des commentaires déplacés étaient régulièrement ajoutés sur les fiches des auditeurs: "Patrice séropositif", "plus alcoolique mes fesses!", "arrêt maladie, traitement pour un cancer". Ce fichage "excessif" est "contraire aux dispositions de la loi du 6 janvier 1978", indique l'autorité au site d'investigation. Pour le cas d'Europe 1, Médiapart a souligné que les faits n'ont pas été transmis à la justice.

Et la liste est longue avec plus de 573 000 auditeurs fichés depuis 2002, alors que les données doivent être effacées au bout de deux ans. La direction avait alors corrigé ces dérives inadmissibles. "Europe 1, c'était globalement un problème de management".

Le standard de la station de radio, qui reçoit les appels des auditeurs et les classe, fait le tri avant un éventuel passage sur les ondes, sur une échelle allant d'"excellent" à "mauvais". La CNIL a par ailleurs adressé un avertissement à l'entreprise en 2017. Des mesures ont été prises à la suite de l'enquête de la Cnil, assure Laurent Guimier, directeur d'Europe 1 arrivé après la découverte des faits par l'autorité indépendante.

Recommande: