La critique pour: Le chant du loup

22 Février, 2019, 08:07 | Auteur: Sue Barrett
  • Culture

Jusqu'au jour où il commet une erreur fatale. Il veut retrouver la confiance de ses camarades mais sa quête les entraîne dans une situation encore plus dramatique.

Donnant raison à la légende urbaine selon laquelle un film de sous-marin ne peut être totalement raté, Le Chant du loup recèle quelques morceaux de bravoure en huis-clos qui lui permettent d'affirmer une certaine singularité, de ne pas être qu'une tentative de plus du cinéma français de montrer les muscles, de faire étal d'un savoir-faire " bleu blanc rouge " en matière de technique et d'artifices en tous genres. Certes, le cinéaste ancre son long-métrage dans un certain réalisme lors d'une première séquence formidable qui nous permet de comprendre le rôle de chacun à bord d'un sous-marin, mais il n'hésite pas ensuite à aborder la politique-fiction par une intrigue bien ficelée et ménageant de nombreuses surprises. Pris au piège des différents protocoles militaires, les différents personnages sont sans cesse partagés entre leur appréciation personnelle de la situation et leur devoir en tant que militaires assujettis à une autorité supérieure.

S'appuyant sur les connaissances acquises auprès de soldats qu'il a côtoyés plusieurs semaines en mer, Baudry met en scène un jeune officier (François Civil) doté d'une ouïe particulièrement développée, capable de distinguer les sons émis par des sous-marins russes et américains comme celui d'une femelle dauphin enceinte. Le Chant du loup, premier film d'Antonin Baudry (ancien diplomate surdoué, scénariste de la BD Quai d'Orsay), ne vous décevra pas. L'interprétation n'est pas toujours convaincante malgré, ou à cause de, ses têtes d'affiche attractives (Omar Sy, Reda Kateb et Mathieu Kassovitz). On ne boudera donc pas notre plaisir!

Recommande: