Egalité femmes-hommes: Emmanuel Macron crée un fonds de 120 millions d'euros

22 Février, 2019, 10:24 | Auteur: Sue Barrett
  • Emma Watson ici à Beverly Hills en janvier 2018

Le Conseil devra faire une proposition, avant le 10 mai 2019, sur les trois priorités définies par la France: l'éducation des filles, la violence faite aux femmes et l'entreprenariat féminin. Un rendez-vous où le FMI, l'ONU et l'OCDE seront également représentés.

Initié par le Canada, ce conseil a été renforcé par le président français qui a fait de ce thème une priorité du G7 de Biarritz. Emma Watson figurait parmi les personnalités invitées à travailler au sein du Conseil consultatif pour l'égalité femmes-hommes mardi 19 février.

Depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron a fait de l'égalité femmes-hommes un de ses combats-clés. La jeune femme est extrêmement engagée pour défendre l'égalité entre les femmes et les hommes au niveau international.

Devant ce Conseil, et en présence de la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa, Emmanuel Macron doit annoncer de nouveaux moyens pour que la France mène une "diplomatie féministe ambitieuse".

C'est Brigitte Macron qui a accueilli les membres du conseil sur le perron de l'Élysée, pendant que le président de la République était en déplacement en Alsace, au cimetière où 96 tombes juives ont été profanées. Sans donner davantage de précisions sur cette notion de "sud " ni sur les raisons expliquant les lacunes de ce dernier en matière d'égalité femmes-hommes... Mais le rendez-vous de Biarritz sera aussi l'occasion d'utiliser le pouvoir d'influence du G7 pour inciter les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) à combattre le harcèlement en ligne.

"Faisons de ce comité un groupe d'activistes, sans attendre le mois d'août, avec des actions très concrètes" notamment pour faire pression sur les géants du numérique, les a enjoint Emmanuel Macron. "Que des gens qui se sont habitués à l'anonymat, on leur enlève leur masque, que des grands groupes habitués à vivre de ça, on leur enlève cette liberté, qu'on mette de la protection partout où il en faut", a-t-il également réclamé.

De son côté, l'essayiste française Caroline Fourest, elle aussi présente à l'Élysée ce 19 février, a déclaré: "L'avancée des droits des femmes est menacée par la sécularisation qui recule partout et par l'exception à l'universalité des droits au nom du respect des cultures et des religions " avant d'ajouter que "Ce principe pourrait être réaffirmé lors du G7 ".

Emmanuel Macron et Marlène Schiappa ont décidé de mettre le futur G7 de Biarritz sous le signe du féminisme.

Recommande: