Honda va fermer une usine en Angleterre, menaçant 3500 emplois

21 Février, 2019, 14:09 | Auteur: Aubrey Nash
  • Honda annonce la fermeture de son usine au Royaume-Uni 3500 emplois menacés

Bien que Honda ne soit pas directement bénéficiaire de subventions étatiques contrairement à son rival japonais Nissan et d'autres constructeurs automobiles étrangers, cette annonce affectera également les récents investissements du gouvernement britannique dans la technologie des batteries.

La direction de Honda et des élus, comme le député de la localité concernée Justin Tomlinson, se sont empressés de disculper le Brexit, expliquant le choix par la nécessité pour l'entreprise de s'adapter aux changements du marché mondial de l'automobile. D'ailleurs, Honda s'était récemment inquiété des conséquences qu'engendrerait une hausse des taxes de 10 % sur la compétitivité de ses véhicules.

Mais, de l'avis des spécialistes, il est indéniable que le spectre du Brexit hante les firmes nippones. Le siège européen de Honda restera en Grande-Bretagne, a-t-il précisé dans un communiqué.

Le 30 janvier 2009, une fourgonnette chargée de véhicules Honda quitte l'usine Honda de Swindon, dans le sud-ouest de l'Angleterre.

Et pour le cas précis de l'automobile, les changements rapides sectoriels et l'environnement commercial mondial sont également des facteurs de réduction des activités. "Face au risque grandissant, à mesure qu'approche l'échéance du 29 mars, d'un retrait du Royaume-Uni en l'absence de tout accord, la Commission et les autorités douanières nationales mettent tout en œuvre pour être prêtes à mettre en place des vérifications et des contrôles sur les marchandises circulant entre l'UE et le Royaume-Uni", a commenté le commissaire en charge des douanes, Pierre Moscovici.

Sans compter que les entreprises japonaises rencontrent des difficultés en Europe, où elles rivalisent sur le territoire de géants locaux, tels que l'allemand Volkswagen. Alors, l'annonce de sa fermeture à l'horizon 2021, avec 3 500 suppressions d'emplois, est accueillie comme un coup de massue par les salariés et la population. Tandis que Sony le géant de l'électronique a transféré son siège aux Pays-Bas. "Son économie, sa politique et sa société sont dans le désarroi", lance-t-il.

Et de prédire que d'autres entreprises utilisant la Grande-Bretagne comme base pour l'Europe continentale sont susceptibles de s'en retirer. Sans oublier Airbus dont le patron a menacé de prendre des "décisions douloureuses" pour le Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord. "Investir au Royaume-Uni ne semble plus attrayant maintenant", tranche M. Sugiura.

"Cela ne va pas impacter ses activités à Milton Keynes (à quelques centaines de mètres de l'usine Red Bull), ni remettre en question le programme de la marque en Formule 1".

Recommande: