Un boulanger refusant de servir un policier en garde à vue

13 Février, 2019, 19:52 | Auteur: Sue Barrett
  • Les faits se sont déroulés devant cette boulangerie du troisième arrondissement de Paris

Les images montrent un policier en civil empêché de rentrer dans une boulangerie située dans le IIIe arrondissement de Paris en marge de la manifestation organisée dans le cadre de l'acte 12 de la mobilisation des "gilets jaunes".

La Maison Landemaine, propriétaire de la boulangerie, a publié sur Facebook un communiqué, avant de le supprimer, où l'entreprise mettait en avant les "valeurs d'accueil" et un souci "d'une atmosphère calme " dans ses établissements "en demandant aux policiers et aux manifestants d'ôter leur arme et leur cagoule ". Il aurait finalement avoué lorsqu'un officier de police judiciaire lui a présenté une photo de son geste.

Ce jour-là, la scène a été filmée. "L'enquête a bien démontré que le boulanger méritait d'être poursuivi pour ses gestes outrageants qui constituent un délit". Emmanuel G., 32 ans, originaire de Montpellier, avait été convoqué mardi. Il a immédiatement été placé en garde à vue.

Le dialogue se concentre sur le port d'arme du policier. "Je ne sais pas, je vous préviens juste", répond l'homme.

"Selon un témoin contacté par Le Parisien à l'époque des faits, la vidéo diffusée a été tournée quelques minutes après le début de l'altercation". "Je crois que je vais aller ailleurs, et à un autre moment de la journée, je vais aussi regarder ailleurs", s'esclaffe alors le policier, avant de repartir sans café ni viennoiserie.

"Nous étions en plein mouvement de foule (...) Une street-medic [des manifestants-secouristes, ndlr] blessée se trouvait à l'intérieur du magasin".

"Si vous n'avez pas d'arme, oui", dit le boulanger. Deux policiers ont débarqué, sans rien dire, armés et cagoulés. "Et ils n'ont pas apprécié", a-t-il raconté au média.

Recommande: