Taxe carbone. 86 députés réclament son retour dans une version

13 Février, 2019, 16:51 | Auteur: Aubrey Nash
  • Tribune de 86 députés pour une

"Pour nous la fiscalité carbone n'est pas un dogme, pas plus qu'un marqueur politique. C'est, parmi d'autres, un outil efficace pour faire évoluer les décisions d'investissement, favoriser les comportements vertueux", écrivent-ils.

Selon eux, il faut "travailler ensemble à un nouveau contrat" entre l'État et les citoyens, dans le cadre du grand débat national. Le député du Maine-et-Loire, signataire de cette tribune, précise que les députés veulent trouver comment avoir "une fiscalité écologique plus juste socialement".

Après plusieurs semaines d'inflexibilité, le gouvernement a annulé en décembre l'augmentation de la taxe carbone qui devait représenter 2,9 centimes par litre d'essence et 6,5 centimes par litre de diesel à compter du 1er janvier.

Comme les députés, toutefois, les trois ministres n'envisagent pas un retour à l'identique de la hausse annulée par l'exécutif. Objectif: tenter de calmer la colère des gilets jaunes.

Prenant l'exemple de la Colombie-Britannique au Canada, où la hausse de la fiscalité sur l'énergie depuis 2008 est bien perçue, les députés se demandent pourquoi en France, le sujet " a cristallisé des tensions accumulées depuis des décennies et nourri le sentiment d'injustice fiscale et d'abandon de la France rurale ".

Ils y voient le fait que les gouvernants de la province canadienne ont su rendre "juste" la taxe carbone: "100% des revenus générés par cette hausse sont rendus aux citoyens et aux entreprises, sous forme d'aides à la transition énergétique ou de baisses de taxes". Pour le maire de Nice Les Républicains Christian Estrosi, " [un retour à la taxe carbone] ne serait pas très prudent".

"Vous imaginez que la première réponse à un mouvement qui est parti de cela soit de réintroduire la taxe?", a surenchéri le président des régions de France, Hervé Morin, sur France 2. Je pense qu'il n'y a pas un Français qui va se dire qu'on va leur écrire cette histoire-là. "C'est comme le cheval: quand vous tombez, il faut remonter tout de suite, sinon vous en aurez peur toute votre vie", justifie une source ministérielle favorable au rétablissement de la fiscalité carbone.

Dans ce texte, ils dessinent les contours de la fiscalité écologique qu'ils appellent de leurs vœux: " Dans et autour du grand débat, de nombreuses propositions sont sur la table pour en faire une mesure de progrès environnemental et social: renforcement et simplification des aides, nouvelles mesures de redistribution, fléchage de l'utilisation des recettes, nouveaux secteurs professionnels couverts par la fiscalité carbone ".

Recommande: