Pourquoi l'épidémie est-elle particulièrement forte — Grippe

13 Février, 2019, 21:51 | Auteur: Jonathan Ford
  • Epidemie de grippe

Cet hiver, 1 800 décès sont déjà attribuables à l'épidémie de grippe au niveau national.

Parmi les 14 000 patients qui se sont présentés aux urgences la semaine dernière, 2 171 ont été hospitalisés (contre moins de deux mille la semaine précédente), selon le réseau Oscour.

Pour le Docteur Édouard Devaud, médecin au Centre hospitalier de Pontoise et spécialiste en infectiologie, ce pic particulièrement élevé s'explique à la fois par l'arrivée de l'épidémie en pleine période scolaire et par la faible efficacité du vaccin sur la souche du virus la plus répandue cette année. Le réseau de surveillance Sentinelles indique, lui, que les consultations des médecins généralistes pour syndrome grippal ont également augmenté la semaine dernière (622 pour 100.000 habitants, soit +15%).

Plus généralement, la part des hospitalisations pour grippe ou syndrome grippal (36 pour 1 000) est en augmentation, souligne l'agence sanitaire SpFrance.

Depuis le 1er novembre, 904 cas graves de grippe (dont 166 la semaine dernière) admis en réanimation ont été signalés.

Cependant, cette possibilité ne concerne pas l'ensemble de la population, mais uniquement les personnes pour qui la vaccination est recommandée, en l'occurrence les plus de 65 ans, les patients atteints de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire...), les femmes enceintes et les personnes souffrant d'obésité morbide - soit quelque 12 millions de personnes, selon le ministère de la santé. C'est contre ce type de virus que le vaccin apparaît le moins efficace pour les personnes vulnérables, d'après des estimations préliminaires. Ainsi, selon des estimations du réseau Sentinelles qui seront affinées dans les semaines à venir, chez l'ensemble des personnes à risque de complications l'efficacité du vaccin est de 74% contre le virus A (H1N1) et de 21% contre le virus A (H3N2). "Chaque année en général la grippe tue plus de 10 000 personnes", rappelait la semaine dernière la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire.

Recommande: