Manuel Valls manifestera avec "l'extrême droite" contre le PM socialiste — Espagne

11 Février, 2019, 07:18 | Auteur: Lynn Cook
  • Sur les réseaux sociaux Valls a déclaré se rendre à Madrid pour défendre la Constitution et l'unité de l'Espagne

Un ancien Premier ministre français socialiste qui défile. contre un gouvernement socialiste. En effet, le Parti populaire (PP, droite), les libéraux de Ciudadanos, qui soutiennent Manuel Valls pour les municipales de Barcelone de 2019, et Vox, considéré par plusieurs médias espagnols comme d'"extrême droite", ont appelé tour à tour leurs sympathisants à manifester le 10 février contre Pedro Sanchez dans le centre de Madrid. On n'interdit à personne de participer à une manifestation. L'actuel candidat à la mairie de Barcelone a annoncé sur matin sur Twitter: "j'irai dimanche à Madrid pour défendre la Constitution et l'unité de l'Espagne". Mais j'ai tout de suite pensé que ma place était ici, sans complexe, avec mes amis de Ciudadanos et surtout avec beaucoup d'espagnols qui viennent d'un peu partout. Mais il ne faut pas laisser le terrain du patriotisme à l'extrême droite.

Cette fois, l'initiative vient de Manuel Valls lui-même qui assume sa participation à la manifestation de dimanche, organisée contre le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, et auquel s'est joint Ciudadanos.

Ces trois formations, qui se sont récemment alliés en Andalousie (sud) pour chasser du pouvoir le parti socialiste, seraient en mesure, selon plusieurs sondages, de former une majorité au niveau national si des élections avaient lieu aujourd'hui.

Un rassemblement droite-extrême droite qui comptera avec la présence de l'ancien premier ministre français Manuel Valls.

"Le temps du gouvernement Sanchez est terminé", a lancé, avant le début de la manifestation, le numéro un du PP, Pablo Casado.

Nouvelles élections. "Nous sommes ici pour dire non au séparatisme et oui à l'Espagne", a indiqué Albert Rivera, le leader de Ciudadanos.

Malgré ce qu'affirme Manuel Valls, dimanche, Vox ne sera pas le seul groupe d'extrême droite dans les rues de Madrid. "Ce que je fais en tant que chef du gouvernement, en respectant toujours la Constitution, est corriger une crise d'Etat que le PP a contribué à aggraver quand il était au pouvoir pendant sept ans", de 2011 à 2018, a poursuivi Pedro Sanchez. Ils reprochent au chef du gouvernement socialiste d'avoir cédé à un "chantage" des séparatistes catalans en acceptant la présence d'un "rapporteur" indépendant pour faciliter un futur dialogue entre les partis politiques catalans. "Le dialogue entre les institutions catalanes et espagnoles doit se faire avec des règles du jeu claires", a-t-il estimé. Les deux parties se sont mutuellement accusées d'être à l'origine de cette rupture du dialogue. En cas de rejet du budget, le socialiste, qui est à la tête d'un gouvernement ultra-minoritaire, pourrait se voir contraint de convoquer des élections anticipées avant la fin de la législature en 2020.

Recommande: